Du nouveau dans le dossier de la ligne Chamouchouane

Share

Aujourd’hui, le débat concernant le projet de construction de la ligne de transport que veut autoriser le gouvernement Couillard s’est transporté vers l’Assemblée nationale.

Ainsi, Bernard Drainville a questionné le ministre Arcand sur la possibilité d’envisager d’autres options, dont celle,  retenue par le BAPE à la suggestion du comité Citoyens sous haute tension, d’utiliser et d’adapter les lignes de transport existantes au lieu d’en construire une nouvelle sur 400 kilomètres. Rappelons que, dans un communiqué émis hier, Nature Québec et Fondation Rivières avions également demandé au gouvernement d’étudier cette option.

Le ministre Arcand a faussement prétendu que cette option avait été envisagée et rejetée par la Régie de l’Énergie. D’ailleurs, selon une correspondance du bureau du Ministre Arcand adressée à madame Chantal Lapointe, présidente de Citoyens sous haute tension, “le ministre ne peut, dans l’exercice de ses fonctions, s’immiscer dans les compétences de cet organisme… qui a la compétence exclusive de l’évaluation et des décisions concernant le réseau de transport d’électricité”.  Ce serait donc dire que le BAPE n’a plus rien à dire !

Deux reportages importants :

Pour visionner le reportage de Michel Morin.

Pour lire le reportage de Radio-Canada.

 

Ligne de transport électrique Chamouchouane-Bout de l’Île – Nature Québec et Fondation Rivières demandent à Québec de reporter sa décision

Share

Québec, le 21 avril 2015 — La Fondation Rivières et Nature Québec demandent au premier ministre Couillard de respecter la principale recommandation du BAPE et de surseoir à la décision de construire une nouvelle ligne de transport électrique à 735 kV au coût de 1350 milliards de dollars joignant Chamouchouane au Lac-Saint-Jean à l’Île de Montréal. « Une solution alternative existe. Appelée la compensation en série, elle permettrait, par l’ajout d’équipements sur les lignes existantes, d’éviter la construction d’une nouvelle ligne avec tous les impacts sociaux et environnementaux que cela implique. On demande au gouvernement de prendre le temps de bien faire les choses », a déclaré Christian Simard, directeur général de Nature Québec.

Dans son rapport remis le 9 mars dernier, la Commission du BAPE recommande au gouvernement de prendre une « pause […] le temps que l’information supplémentaire soit acquise, d’autant plus que le promoteur dispose d’une marge de manœuvre. » Une solution intéressante à étudier consiste à remplacer des lignes existantes qui occasionnent des pertes énergétiques et à en augmenter la puissance, un projet qui s’avérerait tout aussi créateur d’emplois.

Selon le rapport de la Commission du BAPE, signé par Michel Germain, le scénario de la compensation en série entraîne « nettement moins d’impacts humains et écologiques que la ligne projetée, puisque l’équipement requis serait installé sur des lignes ou dans des postes existants. »  La Commission conclut logiquement « qu’une évaluation comparative des deux solutions sur les plans humain, écologique et économique devrait être demandée à Hydro-Québec avant la prise de décision gouvernementale. Cette évaluation devrait être rendue publique. »

Face à cette conclusion, Nature Québec et Fondation Rivières ne comprennent pas l’empressement du premier ministre Couillard, qui doit présenter un projet de décret demain au Conseil des ministres, d’aller de l’avant avec un projet qui aurait de graves impacts sur l’environnement et les milieux de vie sans même attendre l’examen du projet alternatif. « On se demande ce qui se cache derrière cette fausse urgence, Hydro-Québec possédant toute la marge de manœuvre nécessaire pour qu’on examine en profondeur un plan B à moindre impact; d’autant plus qu’Hydro-Québec n’a aucunement prévu de compenser tous les dommages causés notamment par les pertes économiques pour tous les citoyens et commerçants qui résident à proximité des lignes prévues », soutient pour sa part Geneviève Marquis au nom de la Fondation Rivières.

Contourner le BAPE ou faire fi de ses recommandations : une nouvelle tendance?

Les deux organisations environnementales s’inquiètent de la tendance récente du gouvernement Couillard à court-circuiter ou faire fi des principales recommandations du BAPE dans des projets d’envergure : qu’on pense au projet de cimenterie à port-Daniel où le gouvernement a déposé un projet de loi spéciale pour s’assurer qu’aucun examen public par le BAPE ne soit possible et ainsi invalider à l’avance un éventuel désaveu par les tribunaux; ou à la décision récente d’aller de l’avant avec le projet de Mine Arnaud même si le BAPE le jugeait « inacceptable dans sa forme actuelle ».

La décision de rejeter du revers de la main la conclusion centrale du rapport du BAPE sur la ligne Chamouchouane est d’autant plus étonnante que la Commission du BAPE était présidée par un commissaire d’expérience, Michel Germain, rompu à ce type d’examens. Le site du BAPE indique que ce commissaire, nommé par un gouvernement libéral, « a agi à titre de commissaire à huit reprises et a présidé quatorze commissions d’enquête et d’audience publique ».

Les impacts sociaux et humains occasionnés par la construction d’une ligne à 735 kV supplémentaire dans les régions de Lanaudière et des Laurentides ont fait partie des préoccupations fréquemment rapportées devant le BAPE au regard des activités agricoles, du paysage, de la villégiature, des effets des champs électriques et magnétiques, de la qualité de vie des résidents et des activités économiques existantes à proximité de l’emprise projetée. La préservation des milieux forestiers et des activités qui y ont cours a également été fréquemment invoquée en raison du déboisement nécessaire dans l’emprise de la ligne projetée.

- 30 -
Information
Héloïse Fernandez
Responsable des communications
Nature Québec
418 931-1131

Le Québec et l’Ontario doivent maintenant conclure une entente à long terme sur l’électricité

Share

ENvironnement JEUnesse, la Fédération québécoise du canot et du kayak, la Fondation Rivières, Nature Québec et le Regroupement pour la surveillance du nucléaire profitent du Sommet sur l’énergie et le climat, qui se tient à Québec aujourd’hui pour signifier leur appui à la signature d’une entente prochaine portant sur l’exportation d’électricité du Québec vers l’Ontario. En utilisant les surplus disponibles du Québec pour favoriser la sortie de l’Ontario du nucléaire, cette entente permettrait aux deux provinces d’améliorer leur bilan environnemental, tout en ayant des impacts économiques positifs. Les groupes saluent d’ailleurs l’entrée de l’Ontario dans le marché du carbone avec le Québec et la Californie, annoncée hier.

Pour lire notre communiqué commun.

 

Le CLIMAT SHOW : artistes, écologistes et militant(e)s se réunissent autour de l’enjeu des changements climatiques

Share

Le samedi 11 avril 2015, à 19 h 30, au Capitole de Québec, artistes, écologistes et militant(e)s se retrouveront sur une même scène pour le Climat Show, un spectacle festif et engagé, pour célébrer ensemble la mobilisation citoyenne lors de la Marche Action Climat qui aura eu lieu le même jour.

Les Respectables, Yann Perreau, Marc-André Coallier, Domlebo, Sarah Harmer, Fred Dubé, Christian Vanasse des Zapartistes, ainsi que les comédiennes Geneviève Bilodeau et Véronique Côté et bien d’autres encore se joignent aux organisateurs de la Marche Action Climat et à la Fondation Rivières afin d’inviter la population à assister à en grand nombre à ce spectacle convivial, portant sur l’un des enjeux incontournables de notre génération : les changements climatiques.

Prendront également la parole, lors de la soirée : Dominic Champagne, homme de théâtre et citoyen impliqué dans la résistance au gaz de schiste et au pétrole extrême, Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace Canada, Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki et président de Réalité Climatique Canada, Christian Simard, directeur général de Nature Québec ainsi que Laure Waridel,  cofondatrice d’Équiterre, sociologue spécialisée en environnement et militante bien connue du public.

Pour assister au spectacle, les citoyens de partout au Québec peuvent monter à bord de l’un des nombreux autobus qui se déplaceront pour participer à la Marche Action Climat, qui a lieu le jour même à Québec. Tous les départs se trouvent dans la section Transport du site www.actionclimat.ca.

Billetterie du Capitole de Québec : 418-694-4444 / 1-800-261-9903 ou, en ligne, en suivant ce lien.

Friday, March 27th, 2015 Actions, Press Releases, Event, Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off

Nouvelle ligne de 425 kilomètres de pylônes entre le lac Saint-Jean et Montréal : le BAPE désapprouve le projet d’Hydro-Québec et demande de nouvelles études. 

Share
La Fondation Rivières souscrit aux recommandations du rapport rendu public le 19 mars 2015 concernant le méga-projet de construction d’une ligne de transport d’électricité au coût de 1,3 milliard $ aux frais des consommateurs. Le rapport mentionne notamment qu’Hydro-Québec devra évaluer de nouvelles options telles des modifications sur son réseau existant, la rénovation de lignes, l’ajout des coûts sociaux et environnementaux dans se comparaisons d’alternatives, l’opposition citoyenne, etc.  La Fondation Rivières estime que les demandes du BAPE sont justes et permettent d’entrevoir qu’un jour de tels projets devront être bien documentés pour pouvoir aller de l’avant.
La Fondation Rivières, qui était requérante au dossier, a produit un mémoire en collaboration avec le comité Citoyens sous haute tension de Lanaudière. Ce comité a réalisé un travail colossal. La collaboration a débuté dès l’été 2013 et une conférence de presse conjointe du comité, de la Fondation Rivières et de Nature Québec a confirmé notre opposition à ce projet injustifiable. L’opposition citoyenne à ce projet est exceptionnelle. Nous appuyons leur communiqué de ce jour.
Il faut maintenant espérer que les autorités respecteront les nombreux avis au rapport, dont plusieurs constituent d’heureux précédents.
Pour lire le mémoire déposé par la Fondation Rivières.
Pour lire le rapport du BAPE.

 

Monday, March 23rd, 2015 Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off
Membership and donation form

454, avenue Laurier Est, 2e étage
Montréal,Qc H2J 1E7

fr@fondationrivieres.org
t. 514 272-2666

<a href="http://yannperreau.bandcamp.com/album/au-soleil-ep">Errer au soleil by Yann Perreau</a>
Share