La Fondation Rivières -logo blanc
Faites un don
Search
Fermez ce champ de recherche.

Notre historique

Les origines de la Fondation Rivières

En 2001, le gouvernement du Québec annonçait que 36 sites sur 24 rivières du Québec seraient cédés à des sociétés privées. L’objectif : construire des petites centrales hydroélectriques, c’est-à-dire d’une production inférieure à 50 mégawatts (MW).

Un vaste mouvement citoyen s’organise pour faire reconnaître que les chutes et les rapides constituent un patrimoine collectif unique à l’échelle mondiale, et que les petites centrales causent des dommages importants à l’environnement en contrepartie de gains énergétiques négligeables. Ces revendications se retrouvent dans le Plaidoyer pour des rivières libres.

La Fondation Rivières, de concert avec des organismes partenaires, lance dès lors l’opération de sensibilisation Adoptez une rivière. Plusieurs artistes offrent leur soutien en acceptant symboliquement de parrainer une rivière menacée. Parmi eux, le comédien Roy Dupuis adopte la rivière Gatineau.

À l’initiative de Roy Dupuis, de Michel Gauthier et d’Alain Saladzius, la Fondation Rivières prend officiellement naissance à l’automne 2022 comme organisme à but non lucratif impliqué dans la sauvegarde des rivières.

Contribuez à la préservation des rivières québécoises
En plus de soutenir notre équipe à protéger les rivières, votre don vous donne droit à un reçu de charité pour vos impôts et au statut de membre de la Fondation Rivières pour un an.

Notre historique : 20 ans à protéger les rivières du Québec

1994
2002
1999-2003
2004
2008
2008
2009
2012
2015
2015
2019
2020
2022
Des projets de petites centrales hydroélectriques précurseurs à la création de la Fondation Rivières
Sur demande du gouvernement, Hydro-Québec procède à des appels d’offres auprès de producteurs privés pour la construction de petites centrales hydroélectriques (25 MW et moins) sur les rivières du Québec. Des contrats d’achats d’électricité sont attribués sans un contrôle étatique suffisant. En 1994, l’ingénieur Alain Saladzius, aujourd’hui président de la Fondation Rivières, est en contact étroit avec la Sûreté du Québec et le ministre de l’Énergie du nouveau gouvernement provincial pour faire la lumière sur la situation. La commission d’enquête publique Doyon livre un rapport troublant en 1997.
Naissance de la Fondation Rivières
Hydro-Québec relance un ambitieux plan visant à construire 36 petites centrales à l’instigation du gouvernement. De nombreux artistes, personnalités publiques, comités de citoyens et groupes d’intérêts se mobilisent. L’initiative Adoptez une rivière prend forme, suite à quoi la Fondation Rivières voit le jour. La Fondation est cofondée par Alain Saladzius, Roy Dupuis, toujours porte-parole, et Michel Gauthier. L’organisation est animée par la conviction profonde qu’il faut développer des alternatives à la production hydroélectrique.
À la défense de la rivière Rupert
​La Fondation Rivières soutient les efforts de Révérence Rupert, un groupe citoyen qui s’oppose au projet Eastmain-1A d’Hydro-Québec qui implique la dérivation des eaux de la rivière Rupert et qui la privera de plus de 80% de son eau à la hauteur de l'évacuateur de crues. La paix des braves, une entente politique et économique entre Québec et les Cris, nécessite l'acceptation de ces derniers de l'altération permanente d'une des dernières grandes rivières vierges. Le sort de la Rupert est scellé en 2003 par un référendum qui déchire l'Eeyou Istchee, qui oppose mouvances traditionnelles et politiques.
Descente de la rivière Magpie
Un projet de barrage hydroélectrique privé risque d’affecter l’intégrité de la rivière Magpie. La Fondation Rivières organise une expédition de reconnaissance le long de la rivière pour promouvoir son attrait écotouristique, en collaboration avec la Société pour la Nature et les Parcs (SNAP), l’Union Québécoise pour la Conservation de la Nature (Nature Québec), Greenpeace et Earth River. Robert F. Kennedy Jr. se joint au groupe afin de mettre en évidence l’intérêt mondial de ce joyau naturel. La Magpie obtiendra un statut juridique de protection en 2021, à la suite d’une démarche conjointe de la MRC, des communautés Innus et de la SNAP, mais Québec n’a toujours pas accepté de protéger la rivière contre le développement hydroélectrique.
Aide financière d'organismes religieux
La Fondation Rivières doit en grande partie sa survie au soutien de la Conférence religieuse canadienne, section Québec. Depuis 2008, le comité de priorité dans les dons recommande à ses membres d’appuyer la Fondation Rivières dans sa mission. Ceux-ci choisissent de devenir partenaire du travail pour ses valeurs de solidarité et d’entraide, et du fait que la Fondation dénonce les injustices, brise les murs de l’individualisme et stimule la générosité.
Un mémoire sur la rivière Romaine, qui devient l’objet d’un documentaire
En 2008, la Fondation Rivières présente un mémoire au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) concernant le projet d’aménagement hydroélectrique sur la rivière Romaine. La même année, Roy Dupuis et les réalisateurs Nicolas Boisclair et Alexis de Gheldere réalisent une descente de la rivière Romaine qu’ils documentent, pour une dernière fois avant qu’elle ne soit détruite. Paru en 2010, le film Chercher le courant éveille la société québécoise aux impacts environnementaux des barrages et aux énergies alternatives.
Campagne Avec Énergie
Onze artistes livrent un message de mobilisation pour que le Québec effectue le virage énergétique vert du 21e siècle. Des innovations des années 1960 dans le domaine de l'énergie, notamment la nationalisation de l'électricité, jusqu’à la biodiversité, cette série de capsules vidéos réalisées en collaboration avec Nature Québec, sensibilise la population à repenser nos façons de faire, basé sur la science et sur ce qui se fait également de par le monde.
Construction d’une petite centrale hydroélectrique sur la chute Ouiatchouan
La Fondation Rivières mène une lutte importante avec des citoyen.ne.s contre la destruction de la chute Ouiatchouan, au cœur du village historique de Val-Jalbert. Bénéficiant de subventions considérables d’Hydro-Québec, la MRC et le Conseil innu de Mashteuiatsh y voient une opportunité de financement pour leurs activités. Aujourd’hui, la chute coule uniquement le jour, en été, alors que le site est ouvert aux visiteurs. Bien que ce projet ait abouti, la Fondation Rivières continue d'œuvrer dans la lutte contre les menaces injustifiables à l’intégrité des rivières.
Qualité de l’eau : un enjeu à défendre
La Fondation procède à une réorientation stratégique. Après réévaluation des enjeux et des objectifs, il est entendu qu’elle misera dorénavant davantage sur la qualité de l’eau, secteur dans lequel elle possède une expertise crédible et reconnue. La Fondation Rivières collabore dès lors avec les organismes de bassins versants (OBV) et les municipalités pour leur offrir des services en matière de qualité de l’eau.
Flushgate de Montréal
L’attention médiatique autour du Flushgate de Montréal éveille l’intérêt du public envers les enjeux de surverses des eaux usées et permet à la Fondation Rivières de mettre à profit son expertise sur le sujet. La Fondation questionne la procédure utilisée par la Ville et les délais indus en plus de formuler des recommandations à Environnement Canada et à son comité d’expert.e.s. Son implication permet somme toute de réduire la durée et donc le volume d’eaux usées déversées sans traitement.
Organisation du Grand Splash
La Fondation Rivières devient l’organisateur principal de l’événement annuel Grand Splash, après avoir co-organisé l’édition précédente au Vieux-Port de Montréal. Cette initiative vise à sensibiliser le public et les élu.e.s municipaux à l’importance d’aménager des accès publics à la baignade sur les cours d’eau et aussi, d’assurer la qualité de l’eau.
Un palmarès des déversements d'eaux usées
Tous les jours, des quantités importantes d’eaux usées sont rejetées dans les rivières du Québec faute de pouvoir être traitées par les systèmes d’assainissement municipaux. Avec l’aide des étudiants du programme de journalisme de l’UQAM, la Fondation Rivières développe une carte interactive indiquant, entre autres, l’indice d’intensité des débordements. La Fondation rend ainsi public le triste palmarès des 50 municipalités qui se démarquent quant aux déversements d’eaux usées en 2019.
La Fondation Rivières devient un organisme de bienfaisance
La Fondation Rivières obtient son statut d'organisme de bienfaisance enregistré (OBE) 20 ans après sa création. En plus de permettre l'émission de reçus de dons déductibles d’impôts, ce statut permet d'accéder à de nouvelles sources de financement.

Découvrez les rivières pour lesquelles la Fondation Rivières agit positivement. Contribuez à nos actions en adoptant celle de votre choix. 

Faites une différence pour l'environnement

Devenez membre de la Fondation en faisant un don. Votre contribution permet à notre équipe de continuer à se mobiliser pour protéger les rivières et cours d’eau du Québec pour les générations futures. 

Vous avez une question ?

Suivez-nous

Notre numéro d’organisme de bienfaisance : 14505 9911 RR0002

Restez informé de nos actions pour la protection des rivières du Québec