Algues à l'effluent_rivière Bonaventure_Crédit_ CEGS

Gestion des eaux usées : la Baie-des-Chaleurs dans l’angle mort du MELCC

Communiqué de presse – Fondation Rivières et le Conseil de l’Eau Gaspésie Sud (CEGS) rendent publique une étude qui révèle la nécessité pour le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) de consacrer davantage de moyens et de ressources aux municipalités du sud de la péninsule gaspésienne dans la gestion des eaux usées afin de préserver l’intégrité des rivières à saumon, de redonner un second souffle à la cueillette de mollusques et de garantir les usages récréotouristiques de la région.

Sainte-Martine (S2) - crédit : Christophe Gravel / CC

Qualité de l’eau de la rivière Châteauguay : une étude révèle que la baignade est possible!

Communiqué de presse – Fondation Rivières et la Société de conservation et d’aménagement des bassins versants de la zone Châteauguay (SCABRIC) rendent publics les résultats d’une étude inédite sur le potentiel de baignade dans la rivière Châteauguay. Cette étude révèle que, contrairement à la croyance populaire, l’eau de la rivière Châteauguay est tout à fait adaptée à la baignade. 

Logo pour offre d'emploi - Fondation Rivières

Élections municipales : Fondation Rivières rappelle aux nouveaux élus qu’ils font partie de la solution au problème des déversements d’eaux usées

Communiqué de presse – Sept nouveaux maires sensibles aux questions environnementales ont été élus dans les sept plus grandes villes au Québec. À elles seules, Longueuil, Saguenay, Laval, Québec, Gatineau, Terrebonne et Sherbrooke abritent la moitié de la population du Québec et elles sont responsables de 42% de l’intensité totale des déversements d’eaux usées au Québec, comme le démontre le triste palmarès 2020 des déversements d’eaux usées.

Palmarès 2020 Revu et corrigé

Palmarès 2020, revu et corrigé

Communiqué de presse – Nous avons dévoilé notre Palmarès 2020 la semaine dernière et, malheureusement, une erreur s’est glissée dans la manipulation de notre puissante, mais ô complexe, base de données. Nos calculs en termes d’intensité des déversements sont rigoureusement exacts, mais c’est en exprimant cette intensité sur le nombre d’habitants qu’on s’est trompé.