Image-LAssomption

Projet-pilote de surveillance en continu de la qualité de l’eau de la rivière L’Assomption

Montréal, le 2 septembre 2020 – La Fondation Rivières et la Ville de L’Assomption réalisent actuellement une étude inédite pour mesurer les impacts des surverses d’eaux usées et d’autres sources de pollution sur la qualité bactériologique de l’eau à la prise d’eau potable municipale et sur l’aire de détente du parc Léo-Jacques ; toutes deux situées sur les rives de la rivière L’Assomption, à L’Assomption.

Contexte

Comme des centaines de municipalités au Québec, la Ville de L’Assomption s’approvisionne en eau dans une rivière. Or, on y constate la présence de contaminants, notamment d’origine fécale, qui proviennent de l’amont de la rivière. Ces contaminants sont bien sûr éliminés par l’usine d’eau potable de la Ville, mais plusieurs citoyens profitent d’une aire de détente en bordure de la rivière pour se baigner durant l’été et la Ville veut s’assurer de la sécurité des baigneurs. « Nous souhaitons connaître avec plus de précision et de rapidité la variation des concentrations des contaminants dans le temps, mais également les sources de pollution qui affectent la qualité de l’eau à notre prise d’eau potable. » – Sébastien Nadeau, maire de la Ville de L’Assomption

En réponse à ces préoccupations, la Fondation Rivières a développé un projet de surveillance en continu de la présence de coliformes fécaux afin de permettre une gestion efficace des risques. La détection rapide des pointes de contamination bactériologique permettra ainsi aux opérateurs de l’usine de filtration de réagir plus rapidement en cas de situation anormale.

Le projet

Le projet consiste à effectuer des analyses de manière automatisée à des intervalles variant de 30 minutes à quatre heures selon les conditions observées. Celles-ci sont réalisées avec un appareil ColiMinder déployé dans l’usine qui permet de détecter en 15 minutes la présence et la quantité de E.Coli dans l’eau. Les résultats sont ensuite transmis en temps réel sur le Web et aux opérateurs de l’usine de traitement d’eau potable qui peuvent déclencher d’autres prélèvements pour des analyses supplémentaires plus poussées. Quatre partenaires participent au projet: la Ville de L’Assomption, Nordikeau, la Fondation Rivières et l’École Polytechnique de Montréal, qui fournit gracieusement un appareil ColiMinder et des conseils scientifiques. La Fondation Rivières peut ainsi effectuer un suivi en temps réel de la qualité bactériologique de l’eau au point de captage.

« Dès que l’appareil ColiMinder a détecté un cas de contamination élevée, notre équipe est dépêchée pour prélever des échantillons d’eau à des endroits stratégiques en remontant la rivière vers l’amont. Ces prélèvements sont ensuite soumis à l’analyse ColiMinder qui détectera en 15 minutes la qualité bactériologique ce qui permet dès lors de dépister l’origine des sources de pollution. Des analyses sont aussi faites à l’aire de détente Léo-Jacques par l’équipe de la Ville avec des analyses ColiMinder. D’autres analyses permettent de déterminer si les coliformes sont de source humaine ou animale. Ces informations sont ensuite agrégées dans une base de données qui collige les informations sur les débordements d’eaux usées en amont, le niveau des précipitations observées et le débit dans la rivière, ce qui devrait nous permettre de bien comprendre l’impact des surverses sur la qualité de l’eau de la rivière L’Assomption. » – Alain Saladzius,président de la Fondation Rivières.

Ce projet-pilote de surveillance en continu de la qualité de l’eau est d’une durée de 16 semaines du mois d’août à novembre 2020.

Télécharger le communiqué.

-30-

Sources

Geneviève Tardy, Responsable des communications, Fondation Rivières, 

Émilie Forget, Conseillère en communication, Ville de l’Assomption

image-2

GRAND SPLASH 2019 : Les Montréalais sautent dans le fleuve!

 

 

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

GRAND SPLASH 2019

Sauter dans le fleuve pour réclamer l’accès aux berges de l’Île de Montréal

Montréal, le 30 juillet 2019 – Plus d’une centaine de baigneurs se sont joints aujourd’hui au Comité citoyen Montréal Baignade pour le traditionnel saut dans le fleuve Saint-Laurent, à partir du quai Jacques-Cartier dans le Vieux-Port de Montréal. Cette 15e édition du Grand Splash a mobilisé les baigneurs afin de revendiquer davantage d’accès public aux berges de l’île de Montréal et à un meilleur contrôle de la qualité de l’eau.

Une participation assidue

L’événement suscite un engouement indéfectible de la part de ses premiers organisateurs encore présents, notamment madame Chantal Rouleau, Ministre déléguée aux Transports et Ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, monsieur Léonce Naud de la Société des gens de baignade et de monsieur Pierre Lussier, Directeur du Jour de la Terre.

Plusieurs élus de la Ville de Montréal ont également fait le saut dans les eaux du fleuve, notamment mesdames Émilie Thuillier, mairesse d’arrondissement de Ahuntsic-Cartierville et Marie-Josée Parent, conseiller de la Ville – district Champlain-l’Ile-des-Sœurs, et de messieurs Sylvain Ouellet, conseiller de la Ville – district François-Perrault et vice-président du comité exécutif, Robert Beaudry, conseiller de la Ville – district Saint-Jacques et membre du comité exécutif, ainsi que plusieurs autres élu(e)s.

Qualité de l’eau

Les derniers résultats d’analyses bactériologiques du 24 juillet à l’endroit du Grand Splash, effectués par la Ville de Montréal, révélaient une excellente qualité d’eau, soit 5 UFC/ 100 ml, largement sous le seuil de 20 UFC/100 ml pour avoir une eau d’excellente qualité. La température y était de 23 degrés Celsius.

Des analyses bactériologiques supplémentaires effectuées à 6h30 tout juste avant le Grand Splash ont confirmé l’excellente qualité de l’eau du bassin Jacques-Cartier avec un résultat de 0,64 mMFU/100 ml. Ce résultat rapide fut obtenu à l’aide d’une nouvelle technologie d’analyse rapide basée sur des réactions enzymatiques.

Se baigner en ville : une priorité

« L’idée que l’eau du fleuve bordant l’île de Montréal ne soit pas de bonne qualité, est fausse. Il faut cependant être bien informé des conditions de qualité de l’eau qui changent souvent selon l’endroit et la météo. Nous sommes heureux que notre implication puisse contribuer à l’identification de solutions optimales en termes d’aménagement et d’analyse rapide de la qualité bactériologique de l’eau, ce qui aidera à la réalisation de projets intéressants tels celui du bain fluvial au Vieux-Port de Montréal, la promenade Bellerive ou la plage de l’Est » déclare Alain Saladzius, Président de la Fondation Rivières et membre du Comité citoyen Montréal Baignade.

« 2019 est une année exceptionnelle pour le Grand Splash, car d’une part, nous sommes heureux d’avoir transmis le flambeau de l’organisation de l’événement à la Fondation Rivières et qu’il s’agit de l’année de l’inauguration de la plage de Verdun, premier jalon devant la construction d’un bain portuaire au Vieux-Port », déclare Pierre Lussier, Directeur du Jour de la Terre et membre du comité Montréal Baignade depuis 2003.

Comité citoyen Montréal Baignade

Le Comité citoyen Montréal Baignade est un groupe de citoyens montréalais préoccupés par le manque d’accès publics aux berges et à l’eau du fleuve Saint-Laurent, ceinturant l’île de Montréal. Chaque année, ils se réunissent durant la période estivale pour le Grand Splash afin de faire valoir leurs revendications auprès des élus et des citoyens. Depuis 2003, de nombreux citoyens et citoyennes se sont investis à la cause.

Fondation Rivières      

La Fondation Rivières a pour mission d’œuvrer à la préservation, la restauration et la mise en valeur du caractère naturel des rivières et lacs, tout autant que de la qualité de l’eau. La Fondation Rivières appuie les activités faisant la promotion d’un usage récréatif responsable de l’eau, afin que les gens reprennent contact avec cette précieuse ressource commune.

Collaborations

L’organisation de l’événement a bénéficié du soutien de Rafting Nouveau Monde sur la rivière Rouge, du Petit Navire dans le Vieux-Port de Montréal, de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et pour l’analyse de la qualité de l’eau, du Bota Bota spa-sur-l’eau, de l’École Polytechnique de Montréal et du Groupe Aquacion inc.

 

Pour information :

Julie Sabourin
Chargée de communication
Fondation Rivières, pour le Comité citoyen Montréal Baignade
514 576-2974 | montrealbaignade@gmail.com

Alain Saladzius, ing.
Président
Fondation Rivières, pour le Comité citoyen Montréal Baignade
514 924-2013 | presidence@fondationrivieres.org