2019-07-30 Grand Splash8

La Société immobilière du Canada doit se rendre à l’évidence: il faut intégrer une aire de baignade dans le Vieux-Port de Montréal

MONTRÉAL, le 20 mai 2021  – La Fondation Rivières se réjouit que la Ville de Montréal ait retenu le projet d’un bain portuaire accessible au centre-ville de Montréal dans son Plan nature et sport. Et le meilleur endroit où l’implanter est dans le bassin Jacques-Cartier dans le Vieux-Port de Montréal: l’eau y est pratiquement toujours propre et l’accès sécuritaire.

Or la Société immobilière du Canada, gestionnaire de la Société du Vieux-Port de Montréal, n’a pas l’intention d’intégrer des aires de baignade. Nous avons donc demandé une rencontre auprès de la ministre Anita Anand, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de Marc Miller, député de Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Soeurs, afin de leur démontrer l’importance d’ouvrir un tel accès aux citoyens dans le Vieux-Port.

C’est l’endroit où se déroule le traditionnel Grand Splash annuel organisé par des citoyens depuis 16 ans. La Fondation Rivières organisera de nouveau un événement Grand Splash au début juillet dans le bassin Jacques-Cartier, afin de revendiquer le droit des citoyens à un accès public à l’eau, d’autant plus important que cet endroit est situé à proximité des quartiers les plus populeux, et constituerait un atout majeur au développement touristique de Montréal.

Le centre-ville de Montréal ne sera plus jamais le même. Il doit changer et offrir un milieu de vie de qualité pour les résidents. Un centre-ville tout en bureaux, c’est terminé. On parle de relance économique à Montréal, quoi de plus simple que d’aménager un espace de baignade accessible à tous et surtout à ses résidants. Pendant qu’à Montréal, on n’a que la plage de VerdunToronto dispose de pas moins d’une dizaine qui sont accessibles à quelques minutes du centre-ville.

Par ailleurs, on applaudit la décision de la VIlle d’aménager un parc récréotouristique riverain à Lachine, auquel d’ailleurs une aire de baignade devrait s’y greffer d’autant que la qualité de l’eau y est généralement excellente. On note d’autre part que la vocation des sites Plage de l’Est et Promenade Bellerive ne sont pas retenus pour un accès à l’eau. On encourage la Ville de Montréal à poursuivre l’évaluation du potentiel de baignade à ces endroits, les seuls situés dans l’Est de Montréal.

 – 30 –

Pour informations :

André Bélanger, directeur général
514 295-1194
direction@fondationrivieres.org

Lien vert le Plan nature et sport : https://portail-m4s.s3.montreal.ca/pdf/plan_nature_et_sports_0.pdf

Image pour partage lien FB

Gestion de l’eau au Québec La Fondation Rivières et Eau Secours lancent le portail web Eauenpéril.net

[vc_row][vc_column][vc_column_text]La Fondation Rivières et l’organisme Eau Secours, en collaboration avec des étudiants à la maîtrise en environnement de l’Université de Sherbrooke, lancent un nouveau portail Web sur la gestion de l’eau au Québec. La population est d’ailleurs invitée à participer à l’amélioration et à la mise à jour du portail afin que cet outil soit le plus complet et à jour possible.

Le portail Eau en péril est un site d’archivage d’articles médiatiques et d’informations gouvernementales et universitaires en lien avec les problématiques de la gestion de l’eau au Québec. Ce répertoire – non exhaustif – inclut des données dont l’objectif n’est pas de tracer un portrait de la qualité de l’eau, mais bien de répertorier des faits récents et historiques tant au niveau de la gouvernance, des déversements, de la contamination, de la privatisation, de la commercialisation, de l’accessibilité que de la destruction des milieux humides.

Avec cette initiative, la Fondation Rivières et Eau Secours souhaitent sensibiliser la population et les décideurs quant aux chocs répétés que subissent les plans d’eau et la ressource hydrique en général depuis des décennies. Pour André Bélanger de la Fondation Rivières « C’est par devoir de mémoire que nous avons pris la décision de mettre en œuvre ce projet. Par exemple, savez-vous quand et combien de fois il y a eu des déversements dans les rivières Richelieu, des Outaouais ou Yamaska? Bien sûr que non, car ces informations n’existent pas. Réunir sous une même bannière un maximum d’informations, c’est ce que nous visons et grâce à la contribution citoyenne, nous allons y parvenir ».

La gestion de l’eau ne se limite cependant pas uniquement à la qualité de l’eau des rivières. « En plus de la qualité de l’eau, la ressource doit demeurer accessible et suffisante à nos besoins de demain. La privatisation, la commercialisation, la contamination et les prélèvements abusifs nuisent à cet accès. Combien existe-il d’usines d’eau embouteillée? Combien de cas de contamination de sources d’eau potable ont été recensés au Québec, Et les avis d’ébullition qui durent depuis plusieurs mois, voire années? Avons-nous une idée de la superficie de milieux humides détruits dans chaque région administrative dans les dernières années? C’est aussi ça, Eau en péril. » tenait également à ajouter Rébecca Pétrin, directrice générale d’Eau Secours.

Les organismes rappellent que si un cas particulier n’est pas présent dans le portait, c’est normal. Eau en péril est un travail collaboratif et vivant auquel la population est invitée à contribuer. Les témoins d’un événement peuvent faire parvenir les informations en remplissant le formulaire prévu à cet effet sur le site Eauenpéril.ne

 

-30 –

 

Pour informations :

Geneviève Tardy, responsable des communications

514 424-3556

communications@fondationrivieres.org

Mathieu Langlois, responsable des communications

514 588-5608

communications@eausecours.org[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Déversement eaux usées

Déversements d’eaux usées : La Fondation Rivières dévoile le triste palmarès des municipalités

Montréal, le 28 octobre 2020 – Suite à la diffusion le 28 septembre dernier de sa carte interactive sur les déversements d’eaux usées, la Fondation Rivières rend maintenant publique la liste des 50 municipalités qui se démarquent quant au nombre de déversements en 2019.

La carte interactive a permis de constater que 60 660 déversements avaient eu lieu en 2019 dans l’ensemble de la province et de voir leur répartition par municipalité. Basé sur le nombre de déversements et sur l’indice d’intensité, le palmarès présenté aujourd’hui permet maintenant de comparer les performances des municipalités entre elles.  Le palmarès présente la liste des 50 municipalités en quatre portraits distincts selon : 1) le nombre de déversements, 2) l’indice d’intensité des déversements, 3) l’indice d’intensité des déversements par habitant et 4) classement des 10 plus grandes villes.

Pourquoi parler d’intensité des déversements?

Il est très difficile de mesurer la quantité d’eaux usées qui s’échappe dans les rivières en cas de déversement puisque ces données n’existent pas. Par contre, on connaît la taille de chacun des ouvrages qui déborde. On sait également que plus un ouvrage est grand, plus le volume d’eaux usées rejetées en cas de déversement peut être élevé. C’est pourquoi la Fondation Rivière a développé l’indice d’intensité qui tient compte du débit de conception de la station d’épuration, de la taille de l’ouvrage où a lieu le déversement et de la durée de chacun des déversements.

Pourquoi diviser les données par le nombre d’habitants?

On peut présumer qu’un déversement d’eaux usées à Montréal soit par exemple plus important qu’un déversement dans une petite municipalité comme La Pocatière, tout simplement parce que c’est une plus grande ville. Comment comparer les villes entre elles? En normalisant les données par le nombre d’habitants de chaque municipalité. Ce faisant, on peut comparer avec plus de justesse les municipalités les unes par rapport aux autres.

« L’idée derrière ce palmarès n’est pas de pointer du doigt certaines  villes, mais surtout de signifier aux gouvernements les endroits où il faut agir en urgence. Actuellement aucune analyse des priorités d’investissement n’est effectuée. L’argent est injecté de manière aléatoire sans planification territoriale. Pourtant, si on souhaite apporter une solution au problème, on doit réaliser les travaux en fonction des enjeux prioritaires par bassin versant. C’est le diagnostic que la carte et le palmarès nous permettent de faire aujourd’hui. » – André Bélanger, directeur général de la Fondation Rivières.

Palmarès 2019 des 50 premières villes

Les municipalités coiffées d’un astérisque regroupent plusieurs municipalités qui sont desservies par un même système d’assainissement. Consultez la section À propos pour toute question concernant la méthodologie utilisée dans la Carte des déversements d’eaux usées au Québec.

Les 50 premières municipalités selon le nombre de déversements
Palmarès Municipalité Nombre déversements
1 Québec * 3 180
2 Saguenay 2 931
3 Shawinigan 2 135
4 Laval 1 999
5 Montréal 1 873
6 Trois-Rivières 1 683
7 Sorel-Tracy * 1 631
8 Thetford Mines 1 552
9 Saint-Jean-sur-Richelieu * 1 462
10 Gatineau 1 459
11 Lévis 1 280
12 Longueuil * 1 191
13 Sherbrooke * 1 142
14 Rouyn-Noranda 1 142
15 Saint-Hyacinthe 1 025
16 Beauharnois 901
17 Les Coteaux * 886
18 Salaberry-de-Valleyfield 779
19 Châteauguay 768
20 Mont-Laurier 754
21 Drummondville 742
22 Rimouski 728
23 Chandler 709
24 Alma 635
25 Beloeil * 610
26 Victoriaville 609
27 Matane 606
28 Terrebonne * 592
29 Mirabel 590
30 Amos 552
31 Notre-Dame-de-l’Île-Perrot 530
32 Brigham 513
33 Cowansville * 509
34 Dolbeau-Mistassini 449
35 La Tuque 421
36 Saint-Tite 416
37 Lachute 403
38 Saint-Eustache 391
39 Chambly * 386
40 Granby 372
41 Saint-Félicien 368
42 Marsoui 365
43 Bedford * 354
44 Saint-Jérôme 348
45 Windsor * 341
46 Pincourt * 339
47 Gaspé 336
48 Albanel 336
49 Val-d’Or 326
50 East Angus 313

 

Les 50 premières  municipalités selon l’indice d’intensité des déversements

 

Palmarès Municipalité Intensité
1 Longueuil * 19 888 032
2 Laval 5 771 017
3 Montréal 4 945 739
4 Québec * 3 981 551
5 Trois-Rivières 3 854 883
6 Saint-Jean-sur-Richelieu * 2 717 817
7 Saint-Hyacinthe 2 483 146
8 Saguenay 2 165 736
9 Gatineau 2 135 201
10 Lévis 1 591 245
11 Salaberry-de-Valleyfield 1 446 016
12 Shawinigan 1 370 699
13 Mirabel 1 338 949
14 Thetford Mines 994 238
15 Saint-Jérôme 926 305
16 Sorel-Tracy * 904 729
17 Blainville-Sainte-Thérèse 872 855
18 Saint-Eustache 821 377
19 Alma 748 030
20 Granby 709 604
21 Terrebonne * 691 604
22 Rouyn-Noranda 675 271
23 Drummondville 643 372
24 Châteauguay 586 823
25 Matane 539 540
26 Saint-Bruno-de-Montarville * 492 220
27 Lavaltrie 489 161
28 Saint-Georges 472 567
29 Victoriaville 465 481
30 Sainte-Marie 449 193
31 Val-d’Or 427 512
32 Mercier 420 950
33 La Prairie * 401 955
34 Chandler 396 156
35 Varennes 391 442
36 Roberval 369 156
37 Nicolet 367 449
38 Joliette * 332 888
39 Sherbrooke * 299 219
40 Mont-Laurier 291 333
41 Lachute 270 505
42 Chambly * 261 733
43 Beauharnois 257 351
44 Gaspé 255 293
45 Brigham 246 043
46 Cowansville * 245 738
47 Waterloo 237 980
48 Rimouski 227 692
49 Montebello 222 636
50 Port-Cartier 222 035

 

Les 50 premières  municipalités selon l’indice d’intensité des déversements par habitant

 

Palmarès Municipalité Intensité par habitant
1 Montebello 234,6
2 Brigham 106,1
3 Albanel 85,3
4 Marsoui 79,7
5 Bedford * 54,0
6 Chandler 53,2
7 Paspébiac 52,8
8 Saint-Tite 51,5
9 Waterloo 51,4
10 Caplan 49,6
11 Longueuil * 49,2
12 Plessisville 48,1
13 Saint-Gabriel-de-Brandon 43,7
14 Saint-Hyacinthe 43,7
15 Nicolet 43,5
16 Saint-Just-de-Bretenières 43,1
17 Saint-Damase 38,9
18 Thetford Mines 38,7
19 Matane 38,2
20 Roberval 37,3
21 Lavaltrie 34,6
22 Sainte-Anne-de-la-Pérade 34,0
23 Port-Cartier 33,8
24 Notre-Dame-du-Nord 33,5
25 Sainte-Marie 33,0
26 Disraeli 33,0
27 Saint-Vianney 32,7
28 Lac-Mégantic 32,4
29 Les Méchins 31,5
30 Saint-Luc-de-Vincennes 29,4
31 Mercier 29,4
32 Saint-Esprit 29,3
33 Saint-François-du-Lac 28,0
34 Trois-Rivières 27,9
35 Saint-Jean-sur-Richelieu * 27,7
36 Shawinigan 27,7
37 Métis-sur-Mer 27,5
38 Verchères 25,2
39 Saint-Charles-de-Bellechasse 24,7
40 Alma 24,3
41 Crabtree 23,5
42 Mirabel 23,2
43 Sorel-Tracy * 23,0
44 Sainte-Thècle 22,3
45 Desbiens 22,1
46 Saint-Édouard-de-Fabre 21,1
47 Mont-Laurier 20,6
48 Lachute 20,1
49 Beauharnois 19,2
50 Saint-Chrysostome 19,2
Liste des 10 villes principales selon l’indice d’intensité par habitant
Palmarès Municipalité Intensité par habitant Population Intensité Nombre déversements
1 Longueuil * 49,2 249 338 19 888 032 1 191
2 Trois-Rivières 27,9 138 134 3 854 883 1 683
3 Saguenay 14,8 146 606 2 165 736 2 931
4 Laval 13,1 439 754 5 771 017 1 999
5 Lévis 10,8 147 440 1 591 245 1 280
6 Gatineau 7,4 286 755 2 135 201 1 459
7 Québec * 7,0 564 030 3 981 551 3 180
8 Terrebonne * 5,9 117 664 691 604 592
9 Montréal 2,4 2 050 053 4 945 739 1 873
10 Sherbrooke * 1,8 169 136 299 219 1 142

 

Liste des municipalités desservies par le même réseau d’assainissement
Municipalité Municipalités desservies par le même réseau Population
Bedford Stanbridge Station 275
Beloeil

 

 

Otterburn Park

McMasterville

Mont-Saint-Hilaire

8 280
5 909
19 022
Chambly Richelieu 5 479
Cowansville East Farnham 576
Joliette

 

 

 

Notre-Dame-de-Lourdes

Notre-Dame-des-Prairies

Saint-Charles-Borromée

Saint-Paul

2 909
9 454
14 575
6 331
La Prairie

 

 

 

Delson

Candiac

Sainte-Catherine

Saint-Constant

8 141
22 306
17 463
29 273
Longueuil

 

 

Boucherville

Brossard

Saint-Lambert

42 714
89 092
22 725
Les Coteaux Coteau-du-Lac 7 221
Pincourt Terrasse-Vaudreuil 1 965
Québec Saint-Augustin-de-Desmaures 19 477
Saint-Bruno-de-Montarville Saint-Basile-le-Grand 17 323
Saint-Jean-sur-Richelieu Sainte-Anne-de-Sabrevois 2 138
Sherbrooke Hatley 2 188
Sorel-Tracy

 

Saint-Joseph-de-Sorel

Sainte-Anne-de-Sorel

1 608
2 776
Terrebonne

 

Mascouche

Bois-des-Filion

49 466
9 970
Windsor Val-Joli 1 654

 

Télécharger le palmarès

 

-30-

Source 

Geneviève Tardy, responsable des communications

Fondation Rivières, 514 424-3556

communications@fondationrivieres.org