Fondation Rivières logo blanc

La communauté de surf se mobilise pour la création d’une vague à Lachine

Le panorama était spectaculaire : plus de 200 surfeurs et surfeuses se sont rassemblé.e.s avec leur planche près du nouveau parc riverain de Lachine, mercredi le 24 août. L’objectif? Exprimer leur souhait qu’une vague « stationnaire » y soit créée et ainsi améliorier l’accessibilité au fleuve. L’association Surf Grand Montréal, à l’origine du mouvement, constate un besoin de créer de nouvelles vagues de rivière considérant l’achalandage des lieux de pratique actuels et la potentiel touristique de Montréal à devenir une capitale de surf de rivière.

Les membres du conseil d’administration de Surf Grand Montréal avec Vaja Vodanovic, mairesse de Lachine, et Vicki Grondin, à l’origine de l’initiative Réclame ta rive. Crédit : Daniel Rochon

Un meilleur accès à l’eau grâce à la qualié de l’eau

La mairesse de l’arrondissement de Lachine, Maja Vodanovic, était présente à l’événement. Madame Vodanovic, qui est également responsable de la concertation avec les arrondissements et du service de l’eau, a mentionné que c’est grâce à l’amélioration de la qualité de l’eau que ce sport est de plus en plus populaire et sécuritaire. Notre carte du potentiel de baignade indique qu’au moins 90 % des prélèvements du RSMA montrent une bonne qualité de l’eau pour la baignade en temps sec dans cet secteur de Lachine.

Un potentiel au sud du parc René-Lévesque

C’est le sud du parc René-Lévesque, qui fera l’objet d’un réaménagement en même temps que le nouveau parc riverain de Lachine, qui est visé par les surfeurs. Le président de l’association, Mathieu Demers, croit que les conditions techniques y sont réunies. La pointe du parc n’a toujours pas trouvé sa vocation, contrairement à la baie qui servira entre autre de zone de baignade.

Rassemblement de surfeurs et surfeuses à Lachine
Une ambiance de solidarité régnait dans les eaux du fleuve à Lachine. Crédit : Frédéric Thomas

« Chaque sport nautique dans la baie a besoin de différentes conditions (…) et les surfeurs ont besoin d’un endroit que personne d’autre n’utilise [les rapides]. Alors, quand on va faire la réfection de la pointe du parc, ce serait intéressant de voir s’il serait possible de travailler pour en faire la meilleure vague possible, sur présentation d’une première étude de faisabilité. », explique Maja Vodanovic. 

L’élaboration d’une étude de faisabilité fait justement partie des prochaines démarches de l’association pour la concrétisation du projet, dont la source de financement reste à déterminer. Surf Grand Montréal collabore étroitement avec Eau Vive Québec et Kayak Sans Frontières (KSF), et a l’écoute de l’arrondissement de Lachine. Tous ces acteurs ont la ferme intention que le projet se concrétise dans le respect de l’environnement et des autres usagers (kayakistes, baigneurs, etc.). Une étude environnementale devra d’ailleurs être réalisée si l’étude de faisabilité est concluante.

Voilà on projet qu’on va suivre de près!

Inscrivez vous à notre infolettre →

Vous aimerez aussi

Thématiques qui pourraient vous intéresser