Rivière Richelieu

Adoptez une rivière

Crédit photo : Jonathan Gallant

La rivière Richelieu est bien connue : elle fait office de cour arrière de nombreux Québécois et Québécoises… ou même d’autoroute. Son agitation au printemps et les plaisirs qu’elle offre en été font sa renommée. Lieu de rassemblement, elle peut vite devenir bruyante. La rivière Richelieu se fait ainsi rarement discrète : sans être excentrique, c’est une tape-à-l’œil, une exubérante bien malgré elle!

Rivière Richelieu – Surf et kayak dans les rapides de Chambly

Crédit : Gabryel Dubuc (instagram : @gaboutey)

Sautes d’humeur printanières

S’étendant seulement sur 113 km entre le lac Champlain et le fleuve Saint-Laurent, autant dire que la rivière Richelieu est haute comme trois pommes. Malgré sa petitesse, elle est le lieu de phénomènes aux effets ravageurs au printemps, lorsqu’elle sort de son lit. En 2011, des inondations à Saint-Basile-le-Grand avaient forcé l’évacuation de plus de 300 résident.e.s! Elle s’est faite plus timide depuis.

Reine des plaisirs nautiques

Pendant la saison chaude, les bateaux à moteur filent à toute vitesse sur le Richelieu, côtoyant canots, kayaks et planches à pagaie qui y glissent paisiblement. Au printemps, lorsque le niveau de l’eau est assez élevé, des surfeurs et des surfeuses ainsi que des kayakistes dominent les vagues qui se forment naturellement dans les rapides de Chambly. Le Richelieu, c’est donc un important terrain de jeu… pour le meilleur et pour le pire.

Crédit photo : Air Cam

Adoptez la RIVIÈRE RICHELIEU

Votre don permet de garder les rivières belles au naturel !

Enjeux

Partage équitable de la rivière

Le Richelieu se transforme en véritable autoroute les fins de semaine d’été : trop de bâteaux à moteur y circulent, et parfois trop vite. Le partage de la rivière peut alors s’avérer difficile. Cette réalité s’accompagne de décibels élevés et d’un risque pour la sécurité des amateurs de sports nautiques.

Réduction de la vitesse des bateaux

Fondation Rivières a appuyé l’Association des riverains et amis du Richelieu, le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie et le Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) dans la mobilisation des élus des municipalités qui ont été pris à partie par le lobby de l’industrie nautique qui s’opposaient à un règlement limitant la vitesse des embarcations. Résultat : les élus ont adopté un compromis avec les marinas et les opposants. Ce compromis permet de protéger des habitats d’espèces menacées, réduire l’érosion des berges et ralentir le trafic sur la rivière Richelieu. 

La nouvelle réglementation déposée à Transports Canada prévoit une réduction de la vitesse à 10 km/h à moins de 50 m des berges sur un tronçon de 20 km du Richelieu, entre autres. Elle ne sera pas appliquée avant 2024, et la Fondation suivra de près ce dossier.

Mobilisation citoyenne Grand Splash

Sur le Richelieu, les bateaux ont préséance par rapport à la baignade. Pour rétablir l’équilibre, Fondation Rivières et la municipalité organisent à l’été 2022 un Grand Splash à Saint-Denis-sur-Richelieu pour y revendiquer le droit de s’y baigner.

L’année précédente, c’était à Saint-Paul-de-l’île-aux-Noix et à Mont-Saint-Hilaire qu’avaient eu lieu ces événements de mobilisation. La baignade permet non seulement de s’adapter aux canicules de plus en plus fréquentes avec les changements climatiques : en ouvrant un site de baignade, une municipalité s’engage à y assurer la qualité de l’eau.

Évaluation du potentiel de baignade

À l’été 2022, Fondation Rivières a réalisé une étude afin d’identifier les événements de contamination bactériologique aux E. coli et leur source à la hauteur de Chambly dans le but d’y évaluer le potentiel d’ouvrir des zones de baignade. Les résultats seront connus au courant de l’hiver 2023 : restez à l’affût!

Érosion des berges

Les vagues créées par les bateaux à moteurs accélèrent l’érosion naturelle des berges de la Richelieu. Les remous causés par ces embarcations sont souvent supérieurs à ceux créés par Dame nature. Les berges de la Richelieu se voient donc de plus en plus érodées, une problématique qui est de plus en plus fréquente sur plusieurs rivières du Québec.

Réduction de la vitesse des bateaux

Fondation Rivières a appuyé l’Association des riverains et amis du Richelieu, le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie et le Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) dans la mobilisation des élus des municipalités qui ont été pris à partie par le lobby de l’industrie nautique qui s’opposaient à un règlement limitant la vitesse des embarcations. Résultat : les élus ont adopté un compromis avec les marinas et les opposants. Ce compromis permet de protéger des habitats d’espèces menacées, réduire l’érosion des berges et ralentir le trafic sur la rivière Richelieu. 

La nouvelle réglementation déposée à Transports Canada prévoit une réduction de la vitesse à 10 km/h à moins de 50 m des berges sur un tronçon de 20 km du Richelieu, entre autres. Elle ne sera pas appliquée avant 2024, et la Fondation suivra de près ce dossier.

Qualité de l’eau

Les déversements d’eaux usées et les nombreuses embarcations de plaisance font partie des éléments qui affectent la qualité de l’eau de cette rivière emblématique de la Montérégie. En plus de relâcher des hydrocarbures dans l’eau, les bateaux à moteur contribuent à soulever, avec leurs hélices, des sédiments accumulés dans le fond de l’eau, dont se régalent plusieurs microorganismes. La faune aquatique est aussi affectée par ces activités, notamment en raison du bruit occasionné par les embarcations.

 

Évaluation des ouvrages de traitement des eaux usées

En 2017, des canoteurs constatent une qualité de l’eau inquiétante sur la rivière Richelieu lors de l’événement annuel Le Richelieu en 24h. Il n’en fallait pas plus pour que Fondation Rivières identifie les sources de pollution d’origine municipale sur le territoire du bassin versant de la rivière Richelieu et de la zone Saint-Laurent. Les résultats sont sans équivoque : les déversements d’eaux usées sont nombreux et la gestion des infrastructures se fait de façon aléatoire. En collaboration avec le COVABAR, Fondation Rivières recommande une série de mesures afin d’identifier et de réduire les déversements d’eaux usées dans le  bassin versant.

Mobilisation citoyenne Grand Splash

Sur le Richelieu, les bateaux ont préséance par rapport à la baignade. Pour rétablir l’équilibre, Fondation Rivières et la municipalité organisent à l’été 2022 un Grand Splash à Saint-Denis-sur-Richelieu pour y revendiquer le droit de s’y baigner.

L’année précédente, c’était à Saint-Paul-de-l’île-aux-Noix et à Mont-Saint-Hilaire qu’avaient eu lieu ces événements de mobilisation. La baignade permet non seulement de s’adapter aux canicules de plus en plus fréquentes avec les changements climatiques : en ouvrant un site de baignade, une municipalité s’engage à y assurer la qualité de l’eau.

Évaluation du potentiel de baignade

À l’été 2022, Fondation Rivières a réalisé une étude afin d’identifier les événements de contamination bactériologique aux E. coli et leur source à la hauteur de Chambly dans le but d’y évaluer le potentiel d’ouvrir des zones de baignade. Les résultats seront connus au courant de l’hiver 2023 : restez à l’affût!

Réduction de la vitesse des bateaux

Fondation Rivières a appuyé l’Association des riverains et amis du Richelieu, le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie et le Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) dans la mobilisation des élus des municipalités qui ont été pris à partie par le lobby de l’industrie nautique qui s’opposaient à un règlement limitant la vitesse des embarcations. Résultat : les élus ont adopté un compromis avec les marinas et les opposants. Ce compromis permet de protéger des habitats d’espèces menacées, réduire l’érosion des berges et ralentir le trafic sur la rivière Richelieu. 

La nouvelle réglementation déposée à Transports Canada prévoit une réduction de la vitesse à 10 km/h à moins de 50 m des berges sur un tronçon de 20 km du Richelieu, entre autres. Elle ne sera pas appliquée avant 2024, et la Fondation suivra de près ce dossier.

Perte d’habitat d’espèces

La rivière Richelieu est l’un des seuls cours d’eau du Québec où nage le chevalier cuivré. Il s’agit d’une espèce menacée en voie de disparition qu’on ne retrouve d’ailleurs que dans la belle province. Puisque ce poisson vit dans les herbiers aquatiques en faible profondeur, il est sensible aux effets des mouvements dans ces secteurs, que peuvent causer les embarcations à moteur, entre autres.

Interventions pour la protection du chevalier cuivré

En 2018, Fondation Rivières s’est associée avec la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) et d’autres organisations en formant une Table ronde pour la défense du chevalier cuivré. Ensemble, nous avons demandé à Pêches et Océans Canada de faire un arrêté ministériel pour protéger l’habitat du chevalier cuivré, tel que prescrit par la Loi fédérale sur les espèces en péril. pour la sauvegarde des espèces en voie de disparition.

Réduction de la vitesse des bateaux

Fondation Rivières a appuyé l’Association des riverains et amis du Richelieu, le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie et le Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) dans la mobilisation des élus des municipalités qui ont été pris à partie par le lobby de l’industrie nautique qui s’opposaient à un règlement limitant la vitesse des embarcations. Résultat : les élus ont adopté un compromis avec les marinas et les opposants. Ce compromis permet de protéger des habitats d’espèces menacées, réduire l’érosion des berges et ralentir le trafic sur la rivière Richelieu. 

La nouvelle réglementation déposée à Transports Canada prévoit une réduction de la vitesse à 10 km/h à moins de 50 m des berges sur un tronçon de 20 km du Richelieu, entre autres. Elle ne sera pas appliquée avant 2024, et la Fondation suivra de près ce dossier.

Aidez-nous à atteindre notre objectif !

Fondation Rivières nécéssite des dons pour protéger la rivière Richelieu. Voici nos principales actions sur la rivière : 

• Assurer une eau de meilleure qualité ; 
• Développer des espaces publics de baignade ;
• Favoriser les sports nautiques non-motorisés ;
• Préserver la biodiversité.

Les organisations qui s’impliquent sur le terrain avec nous

covabar