Pollution par les eaux usées et mine du lac Bloom : Roy Dupuis exige une gestion durable des cours d’eau

Roy_2020_v1

Le cofondateur et porte-parole de la Fondation Rivières, Roy Dupuis, invite la population à se joindre à lui afin d’exiger des gouvernements une gestion durable des cours d’eau. Dans une vidéo publiée sur le site fondationrivieres.org, le comédien associé à la protection des rivières rappelle les importants enjeux liés à la gestion de l’eau au Québec : les eaux usées municipales et agricoles, les projets de barrages hydroélectriques, l’absence d’accès publics et de lieux de baignades sécuritaires, le remblaiement des milieux humides et la construction en zones inondables, pour ne nommer que ceux-là.

 

«Plus que jamais il est temps pour la Fondation Rivières de sonner l’alarme, mais surtout, il est essentiel d’unir nos forces pour envoyer un message clair aux dirigeants afin d’exiger la mise en place d’une gestion durable des cours d’eau. Pour en assurer la qualité, pour notre santé et celle de la biodiversité, mais aussi pour en rendre possible l’accès à tous. » affirme Roy Dupuis dans sa vidéo.

 

 

Cette sortie s’inscrit dans la dénonciation du projet d’augmentation de la capacité d’entreposage des résidus miniers du lac Bloom qui prévoit le remblaiement de 8 lacs, la destruction de milieux humides et des rejets industriels partiellement traités dans les cours d’eau près de Fermont. Mais également aux informations diffusées récemment par la Fondation Rivières quant à l’envergure de la pollution par les eaux usées municipales qui mettent en évidence l’insouciance du gouvernement. En effet, l’organisme a mis en lumière une situation peu reluisante quant à la capacité des systèmes d’assainissement de traiter leurs eaux usées. De fait, ce sont plus de 60 000 déversements qui ont été comptabilisés seulement pour l’année 2019. À ce bilan s’ajoutent les municipalités québécoises n’étant toujours pas munies d’usines de traitement et qui rejettent directement leurs égouts dans les cours d’eau.

 

 

 «La couverture médiatique dans ces dossiers est sans équivoque : les Québécoises et les Québécois chérissent les rivières du Québec. Les réactions suite au dévoilement de la carte interactive des déversements d’eaux usées le 28 septembre dernier fusent encore de partout. C’est une inquiétude que la population partage avec nous : cette mauvaise gestion est inacceptable et les gouvernements doivent agir et sortir de cet éternel laxisme. Les cours d’eau et les milieux humides sont sources de vie. On doit cesser de les mettre à mal » d’ajouter le célèbre comédien.

 

 

Pour la Fondation Rivières, cette immense richesse collective doit être traitée avec respect, au bénéfice de la biodiversité, incluant les humains. C’est pourquoi des actions politiques doivent être mises en œuvre rapidement afin d’assurer une gestion qui soit respectueuse de l’environnement et durable pour les générations à venir, telle que réclamée dans une lettre ouverte publiée le 16 juin 2020 par 45 organisations sensibles aux enjeux de qualité et d’accessibilité publique à l’eau.

Pour soutenir la Fondation Rivières, cliquez ici.

X