le BAPE doit refuser le projet de mini-centrale à Val-Jalbert

Lit asséché de la rivière Mistassibi, conséquence de la présence de la centrale Minashtuk sur cette rivière.

Les élus et le promoteur font la sourde oreille. La population du Lac-Saint-Jean refuse que la chute Ouiatchouan soit transformée en chute-fantôme. La centrale, un bâtiment en béton armé avec des vitres teintées, serait construite au cœur du Village historique “figé en 1927”.

Ce projet de petite centrale vient menacer un site patrimonial répertorié. En 2009, les gouvernements provincial et fédéral ont investi près de 20 millions de dollars pour préserver et mettre en valeur la majestueuse chute Ouiatchouan et le Village historique de Val-Jalbert, le 2e site touristique le plus visité de la région et le gagnant en 2011 du Prix de l’expérience touristique de l’année du Canada.

Le barrage viendrait assécher la rivière sur près d’un 1 km et transformer la chute en “chute à piton”. La population n’a pas été informée que seulement 0.3 mètre cube/seconde allait s’écouler 79% du temps dans le lit de la rivière et la chute Ouiatchouan. Aucune simulation visuelle n’a été présentée à la population sous les 7 mètres cube/seconde.

Le BAPE aura-t-il le courage, comme en 1994, de s’affranchir des stratagèmes de relation publique du promoteur et de refuser un projet qui pourrait devenir un véritable éléphant blanc?

Communiqué de presse

Mémoire de la Fondation Rivières déposé au BAPE