Fondation Rivières logo blanc

Lettre au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques : Un débit réservé à la rivière Petite Nation

Rivière Petite Nation

Montréal, le 9 mars 2022
TRANSMISSION PAR COURRIEL

Monsieur Benoit Charette, Ministre
Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
Édifice Marie-Guyart
675, boulevard René-Lévesque Est, 30e étage
Québec (Québec) G1R 5V7

Objet : Intervention ministérielle pour assurer un débit réservé à la rivière Petite Nation

Monsieur le Ministre,

Nous croyons qu’une intervention ministérielle est devenue nécessaire pour assurer un débit réservé à la rivière Petite Nation, en aval du barrage opéré par la municipalité de Lac Simon (# de barrage : X0002813). 

Actuellement, l’opération de ce barrage fait en sorte que le débit de la rivière Petite Nation diminue rapidement et drastiquement lorsque des manipulations de poutrelles, visant à contrôler le niveau d’eau du Lac Simon, sont effectuées. De plus, les débits sont largement insuffisants durant la période estivale à cause de ce contrôle. Outre la gestion du barrage du Lac Simon, des prélèvements d’eau servant à alimenter des activités agricoles (accompagnés de ruissellements agricoles) accentuent les stress hydriques déjà importants dans le bassin versant de la rivière Petite Nation et la rivière Rouge.

À cet effet, Jean-François Venne, le président du Club de canot camping Pierre Radisson, vous a envoyé une lettre avec pour objet CAMPAGNE « SAUVONS LA RIVIÈRE PETITE NATION » en date du 27 janvier 2022, lettre sur laquelle Fondation Rivières était en copie conforme. Cette lettre présentait très bien les enjeux que rencontrent les résidents riverains et amateurs de la rivière Petite Nation, ainsi que des recommandations pour résoudre ce problème. Des communications ultérieures avec monsieur Venne nous indiquent que votre cabinet n’a toujours pas répondu à cette lettre, après en avoir accusé réception. Nous réitérons son invitation à prendre connaissance du dossier et à entamer des démarches pour résoudre le conflit d’usage qui vous a été rapporté.

Cette situation a de nombreux impacts économiques sur les populations en aval du barrage, ainsi que sur la faune et la flore aquatique de la rivière Petite Nation. En vue de cela, nous croyons qu’un débit réservé devrait être établi et qu’une médiation devrait être déclenchée par votre ministère entre les différentes parties prenantes de la rivière. À défaut de réduire les quantités d’eau prélevées à des fins agricoles, un suivi sur l’intégrité des bandes riveraines agricoles devrait aussi être réalisé pour s’assurer que la rivière Petite Nation ne subisse pas, en plus de son faible débit, une pollution par du ruissellement agricole. 

Fondation Rivières continuera de suivre ce dossier avec intérêt. Bien que la protection des accès à l’eau pour des fins récréatives fasse partie de notre mission, notre première prérogative demeurera toujours de préserver le caractère naturel des rivières. Caractère qui, dans ce cas-ci, peut se voir dénaturé par des usages récréotouristiques et agricoles importants. Nous espérons que vous prendrez le temps d’étudier ce dossier, que vous répondrez à la lettre qui vous fut envoyée en janvier et que vous interviendrez bientôt afin d’assurer l’intégrité de la rivière Petite Nation et du lac Simon.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Alain Saladzius, ing., FIC
Président, Fondation Rivières

Photo : Stéphanie Beauregard

Inscrivez vous à notre infolettre →

Vous aimerez aussi

Thématiques qui pourraient vous intéresser