Voici la chronologie de notre historique. Il vous suffit d’appuyer sur les boîtes pour plus de détails. 

2002
Naissance de Fondation Rivières

Le gouvernement du Québec veut harnacher 36 rivières d’un coup : naissance de Fondation Rivières

Dans les années 1990, les compagnies privées essayaient de s’approprier les rivières en créant des petites centrales avec la complicité du gouvernement. La Commission Doyon, en 1997, a étudié la question. Les enjeux sont devenus plus clairs, en particulier pour Hydro-Québec. Ayant abandonné une logique de grands barrages, mais voulant préserver son expertise en construction de barrages hydroélectriques, Hydro-Québec porte alors son intérêt sur des projets de petites centrales. 

Conscients du danger que toutes les rivières, pourtant patrimoine collectif, soient harnachées, les québécois ont entrepris une mobilisation qui culminera en 2002 au moment du dépôt par le gouvernement de 36 projets de petites centrales. Un des objectifs derrière ces projets était de maintenir les emplois à Hydro-Québec. La mobilisation s’est dès lors organisée plus concrètement : implication de nombreux artistes et personnalités publiques, comités de citoyens, groupes d’intérêts. Chaque projet a alors été analysé et à la lumière de diverses informations, le non-sens de ces projets est apparu très clairement.

L’organisme Eau Secours étant essentiellement intéressé par l’enjeu de la qualité de l’eau et constatant l’envergure que représentait ce nouveau défi, Fondation Rivières a été constituée par Alain Saladzius, président encore aujourd’hui, ainsi que Roy Dupuis, cofondateur et toujours porte-parole.

Depuis sa création, Fondation Rivières s’était donné comme mandat de surveiller les projets hydroélectriques de près, en jouant le jeu des instances réglementaires, avec les outils officiels en place, particulièrement le BAPE, où  Fondation Rivières a fait de nombreuses représentations mais qui malheureusement, ont été peu fructueuses. C’est alors que la stratégie de Fondation Rivières a changé pour un travail de mobilisation médiatique qui donnera, dès lors, de meilleurs résultats.

2004​
Descente de la rivière Magpie

Alors qu’un projet de barrage hydroélectrique privé risque d’affecter l’intégrité de la rivière Magpie, Fondation Rivières co-organise avec La Société pour la Nature et les Parcs au Canada (SNAP), l’Union Québécoise pour la Conservation de la Nature, Greenpeace et Earth River, une expédition de reconnaissance le long de la rivière, afin de promouvoir son attrait éco touristique. Robert F. Kennedy Jr. s’est également joint au groupe, afin de mettre en évidence l’intérêt mondial de ce joyau naturel, un enjeu pour lequel Fondation Rivières en était le porte-étendard médiatique. Soulignons  que depuis février 2021, cette rivière a obtenu un statut juridique de protection, suite à une démarche conjointe de la MRC et des communautés Innus, ainsi que l’implication de la SNAP.

2008​
Aide financière d’organismes religieux

Fondation Rivières doit  en grande partie sa survie au soutien de la Conférence religieuse canadienne, section Québec. À chaque année, depuis 2008, leur sont soumis un dossier résumant les objectifs, les actions et les États Financiers. Et à chaque année, le comité de priorité dans les dons recommande à ses membres Fondation Rivières comme organisme à appuyer dans sa mission.

Les membres choisissent de devenir partenaire du travail de Fondation Rivières pour ses objectifs qui rejoignent leurs valeurs de solidarité et d’entraide. Ils soulignent que Fondation Rivières dénonce certaines injustices, brisent les murs de l’individualisme et stimule la générosité des gens. Ils reconnaissent le sérieux et la qualité du travail accompli et veulent l’encourager puisqu’ils ressentent une responsabilité de léguer aux générations futures ces joyaux que constituent les rivières, notre patrimoine québécois. Ces partenaires ont été très généreux et nous ont permis de mener à terme de nombreux projets et d’enlever une partie du stress vécu par la recherche continuelle de financement.

2009​
La campagne Avec Énergie

11 artistes livrent un message de mobilisation pour que le Québec effectue le virage énergétique vert du 21e siècle. Des innovations des années '60 dans le domaine de l'énergie, notamment la nationalisation de l'électricité, jusqu’à la biodiversité, cette série de capsules vidéos réalisées en collaboration avec Nature Québec, sensibilise la population à repenser nos façons de faire, basé sur la science et sur ce qui se fait également de par le monde.

2010
Sortie du film Chercher le courant

Roy Dupuis, cofondateur de Fondation Rivières, s’implique dans le documentaire Chercher le Courant, qui dénonce le projet de barrage sur la rivière Romaine. Le film, tourné lors de la descente de la rivière, attire fortement l’attention sur la protection des rivières face à la multiplication des projets de barrages hydroélectriques. Fondation Rivières était également le porte-étendard médiatique de cet enjeu important.

2012
Val-Jalbert - chute Ouiatchouane

Fondation Rivières a mené une importante lutte avec des citoyens contre le harnachement de la majestueuse chute Ouiatchouane, au cœur du village historique de Val-Jalbert. Bénéficiant de subventions considérables d’Hydro-Québec, la MRC et le Conseil innu de Mashteuiatsh y ont vu une opportunité de financement pour leurs activités. Aujourd’hui, la chute coule uniquement le jour, en été, alors que le site est ouvert aux visiteurs. Cet exemple est d’autant plus dramatique que le projet de centrale de Val-Jalbert est devenu un modèle de développement pour les projets de harnachement de petites rivières. 

Bien que ce projet ait finalement abouti et soit une référence pour les communautés qui recherchent le profit sans égard à certains aspects environnementaux ou sociaux, Fondation Rivières continue d'œuvrer dans la lutte contre les menaces injustifiables à l’intégrité des rivières.

De 2013 à 2015
Période difficile pour la Fondation

Après Val-Jalbert, faute d’argent, Fondation Rivières s’est retrouvée avec une équipe restreinte d’employés permanents, une période de l’histoire de Fondation Rivières où ce sont les membres du Conseil d’administration qui ont soutenu le président dans son travail. C’est également à cette époque que Fondation Rivières a remis en question l’organisation de spectacles comme moyen d’action, jugée trop exigeante en temps et en énergie dans les circonstances et surtout peu rentable.

2015
Réorientation et planification stratégique

Avec la collaboration de Louis Tremblay, membre du C.A., les problématiques ont toutes été analysées pour choisir lesquelles devaient être maintenues ou écartées. C’est ainsi qu’il a été décidé d’une part de réévaluer les enjeux et les objectifs, et de délaisser les impacts agricoles, enjeu politiquement trop complexe. D’autre part, de miser davantage sur la qualité de l’eau, secteur dans lequel Fondation Rivières possède une expertise crédible et reconnue. Sachant que les organismes de bassins versants (OBV) avaient accès à des petits budgets, il est apparu intéressant et tout à fait approprié de leur offrir des services d’analyse de la qualité de l’eau, une source de revenus potentiels pour Fondation Rivières.

Ceci a eu comme avantage de rendre Fondation Rivières moins tributaire du financement étatique et des dons individuels, ainsi que d’éviter de consacrer beaucoup trop de temps à la recherche de diverses sources de financement.

2015
Flushgate de Montréal

Suite à cette réorganisation, l’impact fut pratiquement instantané. Le Flushgate de Montréal cette même année représente une retombée extrêmement positive de cette décision:un succès médiatique important qui a provoqué un grand intérêt de la population envers les enjeux de surverses. Même si l’important travail de Fondation Rivières dans le contexte du Flushgate est peu connu, la Ville de Montréal et les Québécois ont pu profiter de son expertise.

Le déversement des eaux usées de la ville de Montréal a fait l’objet de cinq communiqués de presse questionnant la procédure utilisée et les délais indus. Des recommandations ont été transmises à Environnement Canada et à son comité d’experts. Les actions ont permis de réduire la durée et donc le volume d’eaux usées déversées sans traitement.

2016
Usine d’ozonation

La ville de Montréal a décidé de porter à 12 mois au lieu de six mois l’utilisation de la future usine d’ozonation suite à notre intervention.

2016
Rapports d’expertise

Fondation Rivières a offert des services d’analyse de la performance des stations d’épuration et de déversements d’eaux usées aux 40 organismes de bassins versants par l’intermédiaire du Regroupement des organismes de bassins versants. Un bilan de la performance des systèmes d’assainissement longeant les rivières L’Assomption et Richelieu ainsi que dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue ont ainsi été produits et un suivi médiatique effectué.

2017
Accès aux données gouvernementales
sur l'assainissement des eaux

Fondation Rivières a demandé l’accès aux données gouvernementales lors de la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars 2017. Une publication en première page du Devoir a incité le ministère de l’Environnement à répondre favorablement à cette demande fondamentale. 

2017
Évaluation de la performance des ouvrages municipaux
des eaux usées de la rivière Richelieu

Un mécanisme d’analyse des rejets et de la performance des systèmes municipaux a été développé et appliqué sous la forme d’un projet-pilote pour le bassin versant de la rivière Richelieu.

Des études de performance des ouvrages municipaux des bassins versants des rivières du Nord et L’Assomption ont été amorcées.

2018
Grand Splash

En 2018, Fondation Rivières co-organise le populaire et très connu Grand Splash au Vieux-Port de Montréal. Dès l’année suivante, Fondation Rivières deviendra l’organisateur principal de cet événement qui suscite un enthousiasme populaire certain. Cette initiative vise à sensibiliser un large public, ainsi que les élus municipaux et les décideurs, à l’importance d’aménager des accès publics à la baignade sur les cours d’eau et aussi, d’assurer la qualité de l’eau.

2018
Évaluations de la performance des ouvrages municipaux
des bassins versants des rivières L’Assomption, Bécancour, Châteauguay
et de la Baie Missisquoi amorcées ou complétées pendant l’année 2018

La Fondation a rendu publique une liste de 93 municipalités toujours sans station d’épuration des eaux et a écrit au ministre de l’environnement pour demander plus d’investissement et un meilleur encadrement de la situation.

2019
Évaluation de la performance de 130 ouvrages
municipaux des eaux usées complétée

Ces ouvrages évalués de 2016 à 2019 se situent dans les 5 grands bassins versants où vivent près d’un million et demi de Québécois.

Fondation Rivières a ensuite contacté les municipalités pour offrir un accompagnement technique pour celles présentant des problématiques particulières d’assainissement.

Fondation Rivières a aussi compilé les données relatives à la fréquence de surverses survenues sur l’Île de Laval entre 2014 et 2018.

2019
Programme Environnement-Plage

Le programme de surveillance de la qualité de l’eau Environnement-Plage a été étudié et dénoncé auprès du ministre de l’Environnement jugeant que celui-ci donne un faux sentiment de sécurité aux baigneurs. Fondation Rivières à émis une série de recommandations pour améliorer le programme.

2019
Petites centrales hydroélectriques

Dans le dossier des petites centrales hydroélectriques, une liste d’une quarantaine de centrales subissant des délais importants dans leur sécurisation a été produite.

2020
Publication d’une carte interactive
des déversements d’eaux usées au Québec

La carte interactive réalisée par Fondation Rivières avec l’aide des étudiants du programme de journalisme de l’UQAM, s’appuie sur les données publiées par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques entre 2011 et 2019 (mise à jour avec les données de 2020). Elle a été présentée aux comités de bassins versants du Québec en octobre avec une liste des interventions prioritaires d’assainissement.

Tous les jours, des quantités importantes d’eaux usées sont rejetées dans les rivières du Québec faute de pouvoir être traitées par les systèmes d’assainissement municipaux. Fortes pluies, capacités insuffisantes, sous-investissement de l’État ou développement urbain anarchique: les causes sont multiples et les déversements d’eaux usées ne cessent d’augmenter.

Vous trouverez donc sur la carte le nombre de déversements par année, leur durée totale (lorsque disponible) et surtout, l’indice d’intensité des débordements développé par Fondation Rivières, qui est une représentation du volume d’eaux usées potentiellement rejeté dans les rivières. Un travail colossal.

2020
Juin - Mois de l’eau :
Fondation Rivières dévoile un triste bilan

Sept municipalités sur dix contaminent toujours les rivières. En établissant les faits, Fondation Rivières compte bien inciter les instances politiques à agir maintenant.

Question de mettre en contexte, en 2018, 62 stations d’épuration ont dérivé plus de 21 millions de m3 d’eaux usées non traitées dans l’environnement, soit près de trois fois ce que Montréal avait déversé dans le fleuve en 2015 dans ce qu’on avait qualifié de « flushgate ».

2020
Octobre - Première publication du palmarès de déversements
d’eaux usées des 50 pires municipalités au Québec

Fondation Rivières rend public le triste palmarès des 50 municipalités qui se démarquent quant au nombre de déversements en 2019.

2021
Première édition de La semaine du Grand Splash

Suite à la popularité du Grand Splash en 2019 et à plusieurs demandes de divers organismes et municipalités depuis, Fondation Rivières a créé La semaine du Grand Splash, sous la présidence d’honneur de Salomé Corbo. 10 événements, dans autant d'endroits, ont été tenus partout au Québec. Bien entendu, au Vieux-Port de Montréal mais aussi, à Québec, Lachine, Trois-Rivières, Saguenay, Gracefield, Sainte-Martine, Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, Saint-Jérôme et Mont-Saint-Hilaire avec près de 300 participants, malgré la pandémie. Ce succès indéniable nous permet de croire que nous aurons davantage de Grand Splash en 2022, avec beaucoup plus de participants.

D’ailleurs, cette première édition est finaliste au concours Prix Eco Impact de la Communauté.

2021
Octobre - Publication du 2e palmarès des déversements
d'eaux usées de près de 700 municipalités au Québec

La publication a eu lieu juste avant les élections municipales dans le but d’amener le sujet dans les débats des aspirants aux différentes mairies.