Fondation Rivières logo blanc

Débordements d’égouts à Montréal : Les justifications ne sont aucunement convaincantes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Montréal, le 2 octobre 2015 – La Ville de Montréal n’a pas réussi à convaincre la Fondation Rivières du bien-fondé de sa décision de déverser le tiers de ses eaux d’égouts de l’Ile directement dans le fleuve Saint-Laurent pendant une semaine, à compter du 18 octobre prochain. Tout au plus la Ville a présenté le contexte des travaux : l’abandon de la chute à neige Wellington pour la relocaliser dans un accès sur la rue Riverside.

Les propos tenus au cours de la conférence de presse d’aujourd’hui suscitent davantage d’inquiétude. Incapable de nommer les municipalités qui s’approvisionnent dans le fleuve qui seraient touchées par le panache de contamination, la Ville pouvait néanmoins assurer qu’elles ne « seraient pas affectées ». Cinq municipalités recevraient pourtant des rejets d’égouts directement dans leur prise d’eau : Varennes, Verchères, Contrecoeur, Lavaltrie et Berthierville.

La question de dériver les eaux pendant les travaux a été esquivée en mentionnant qu’il en coûterait 1 milliard $ si on doublait toute la tuyauterie sur l’Ile !

La Ville n’a rendu disponible aucun document « intelligible » : absence de rapport, de plans de localisation des débordements, d’explications sur la nature des « travaux », etc. L’autorisation obtenue du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques n’a pas été remise et le Ministère était absent de la conférence de presse.

La Fondation Rivières considère encore que la Ville n’a pas identifié toutes les mesures possibles pour réduire les impacts, tel un pompage temporaire des eaux, une conduite temporaire ou l’utilisation de méthodes de construction particulières. Rien n’indique le coût de telles mesures de mitigation, ni d’ailleurs le coût qu’occasionnerait cette méga-pollution dont les effets demeureront pendant des années et s’étendant jusqu’à la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre de l’UNESCO.

-30-

Pour informations :

Alain Saladzius
Président
514 924-2013
presidence@fondationrivieres.org

Lire le communiqué

Inscrivez vous à notre infolettre →

Vous aimerez aussi

Thématiques qui pourraient vous intéresser