Rivière le long des chemins de portage

Chemins de portage et réconciliation avec Laura Fontaine

Quel héritage retrouver et transmettre après des siècles de tentatives de destruction? Comment retrouver son chemin, Nimeshkanaminan, le long du territoire nourri par un peuple, qui l’a nourri en retour depuis des millénaires? La membre de notre conseil d’administration et représentante de la nation autochtone Innu Mani-utenam Laura Fontaine et sa cousine Yasmine Fontaine nous font part dans ce court-métrage de leur parcours visant à redécouvrir les chemins de portage des canots qui sillonnent les rivières de leur région, une forme de réconciliation.

En cette journée nationale de la vérité et de la réconciliation avec les peuples autochtones, rappelons-nous qui sont les gardiens de nos rivières depuis toujours.

Voici son témoignage:

C’est avec beaucoup de gratitude que je reviens chez nous, après avoir passé les trois dernières semaines sur le Nitassinan. 

Merci à mon équipe qui a fait en sorte que mon premier portage ait été une très belle expérience qui me marquera pour toujours. Un merci spécial à Yasmine, une grande sœur avec qui j’ai partagé mes rires et mes pleurs.  

C’était mon premier portage et c’est la première fois que je marchais et canotais à l’intérieur des terres sur une longue partie du territoire. On a pu contempler le territoire dans sa naturalité, loin du chemin de fer et même les hélicoptères passaient très rarement et loin de nous. Plus on s’approchait de Sept-Îles, plus le chemin de fer frôlait les chemins de portage et plus on voyait les pylônes électriques et la déforestation qu’ils ont engendrée. La dernière partie (de la pourvoirie Nipissis jusqu’à Sept-Îles) s’est fait en hélicoptère où on a pu voir ça de haut. C’était un retour à la réalité qui m’a choquée, mais qui m’a aussi rappelé l’importance d’occuper et de protéger Tshitassinan. 

J’ai conscience que l’accès au territoire qu’on a pu avoir et l’expérience d’un portage ne sont pas possibles pour tout le monde, mais c’est quelque chose que je souhaite à tous les Innus, de voir de leurs yeux l’immensité du Nitassinan, de voir ce que nos ancêtres nous ont laissé. Que ce soit sur les chemins de portage ou sur la rivière, on sent leur présence, ils sont là à marcher à nos côtés et c’est ce qui nous donne la force de continuer...

Comments are closed.