Plan d’action 2017-2018

Share

Plan d’action de la Fondation Rivières pour 2017-2018

 Le CA de la Fondation Rivières a présenté à l’AGA de mai 2017 un plan d’action. Le voici résumé en trois points : 1) le contexte dans lequel se dérouleront nos actions, 2) nos défis et 3) nos activités des prochains mois.

  1. Contexte politique néfaste à la protection des cours d’eau

On assiste actuellement à un démantèlement des services gouvernementaux en environnement (coupures de postes et de budgets, réduction de mandats des fonctionnaires, etc.) qui restreint énormément les possibilités d’intervention des ministères, entre autres au niveau de la surveillance des rejets polluants et de l’inspection de systèmes de traitement. Le suivi des recommandations sur la qualité des rivières et des cours d’eau est pratiquement inexistant. Souvent, il n’y a même pas de pénalités à la suite de contraventions à la règlementation environnementale.

De plus, l’accès aux données sur la performance des systèmes d’assainissement municipaux a été éliminé pour les organismes et les citoyens. Il reviendrait cet automne, mais on ne se sait pas ce qui serait accessible.

Nos analyses et nos interventions trouvent peu d’écho dans les médias de masse, cela accompagné de la restriction du droit de parole par tout employé de l’État.

De plus, les organismes des bassins versants (OBV) qui ont pour mission de mettre sur pied un plan directeur de l’eau au service des usagers et d’assurer son suivi ont de plus en plus de mal à obtenir du financement de l’État et doivent passer de plus en plus de temps à tenter d’obtenir des subventions.

 Par contre…

  • la population est de plus en plus informée des enjeux et y est sensible ;
  • le réseautage des groupes environnementaux est de plus en plus important et efficace. Les groupes s’appuient sans pour autant délaisser leur spécificité.
  1. Nos défis

Il faut augmenter le nombre de personnes impliquées dans la FR pour augmenter notre pouvoir d’intervention. Pour cela, il faut augmenter le recrutement des membres, individuel et corporatif, veiller au maintien des membres actuels et alimenter les personnalités publiques qui sont sensibles à notre cause.

Il faudra permettre à toutes et à tous de s’impliquer concrètement dans des tâches d’information et de financement, car ce dernier est insuffisant et freine nos interventions sur le terrain.

  1. Les activités prévues pour l’année à venir

Une campagne de recrutement de membres

Le soutien aux groupes de citoyens qui veulent se mobiliser pour la protection de « leur » rivière

La poursuite de collecte de données sur la performance des systèmes de traitement des eaux  et leur analyse sur plusieurs rivières ;

La réfection de notre site web et la réorganisation de l’information transmise aux médias et aux membres ;

La diffusion de notre Guide des chutes, la promotion du spectacle J’Aime Hydro et la création de l’application IMERGé qui permettra de signaler instantanément, via une application téléphonique, de tout problème de pollution en rivière

L’organisation d’activités ponctuelles ou la participation à des initiatives comme :

  • la descente du Richelieu les 8 et 9 juillet 2017 ;
  • le lancement de l’adoption de la rivière L’Assomption ;
  • une collaboration à la phase 2 de la campagne Coule pas chez nous en opposition au projet d’oléoduc Énergie-Est ;
  • le soutien de la campagne pour la protection du Saint-Laurent dans le secteur de Cacouna ;
  • une implication dans différents dossiers menaçants, liés notamment aux enjeux miniers, énergétiques ou municipaux ;
  • l’organisation de conférences et de lectures publiques dans le cadre des Soirées Rivières.