Fondation Rivières – Rivers Foundation

Les problèmes de débordements d’eaux usées passés sous la loupe

Share
Vieux Port de Montréal - 18 juillet 2016

Vieux Port de Montréal – 18 juillet 2016

 

Les incidents polluants causés par des eaux usées non-traitées, qui s’échappent des réseaux d’égouts, sont nombreux ces derniers temps. Depuis le Flushgate de Montréal, des déversements majeurs et médiatisés se sont multipliés au lac Saint-Jean, à Trois-Rivières, Beauharnois et récemment à Saint-Hyacinthe où des milliers de poissons sont morts. Des cas de pollution sont signalés presqu’à tous les jours.

L’absence de surveillance et de pénalités par le gouvernement est en partie responsable de cette pollution. Les installations ne sont plus inspectées et aucune amende pour déversement ou manque de traitement n’est enregistrée au répertoire du MDDELCC. Les municipalités doivent  corriger leurs installations insuffisantes ou déficientes, les systèmes de drainage pluvial doivent être repensés afin de contrôler les eaux à la source, il faut réduire le pavage et infiltrer l’eau de pluie dans le sol, les traitements d’eau doivent être installés ou améliorés, des alarmes doivent être mises en place lors de débordements, etc.

Voici certains articles récents sur le sujet :

Règlements sur les eaux usées

Une bataille acharnée pour la dépollutions du Lac Raymond (notre mascotte Martin vous en parle d’ailleurs à droite de l’écran).

Déversements d’eaux usées : une conséquence de l’austérité , dit le syndicat de la fonction publique

Le Québec à la traîne en matière de déversements d’eaux usées

Un débit influencé par la météo et le barrage

La campagne Coule pas dans nos cours d’eau ! est lancée !

Share

CouvertureCPDNCDE_2

 

La Fondation Coule pas chez nous ! , en partenariat avec la Marche des Peuples pour la Terre Mère en Gaspésie, la Coalition Eau Secours !, la Fédération québécoise du canot et du kayak (FQCK), la Fondation Rivières, Nature Québec, la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) et le Réseau ZEC Québec, lance la nouvelle campagne Coule pas dans nos cours d’eau ! pour mettre en vedette les plans d’eau qui nous sont si précieux. C’est l’occasion de sensibiliser la population aux impacts sur nos cours d’eau qu’ont les projets d’exploration, d’exploitation et de transport – que ce soit par oléoduc, navire-citerne ou par train – du pétrole issu des sables bitumineux et des autres hydrocarbures.
Comment participer à la campagne ?
  • Sur Facebook, remplacez votre photo de profil par une photo de vous près de votre cours d’eau préféré et ajoutez y le logo de Coule pas dans nos cours d’eau ! en cliquant ici.  
  • Conservez cette photo de profil tout l’été pour exprimer vos préoccupations quant à la contamination de nos cours d’eau par le pétrole et autres hydrocarbures.
  • Invitez votre famille et vos amis à joindre eux aussi le mouvement en se prenant en photo devant les plans d’eau qu’ils fréquentent. Partagez sur Twitter (#CoulePASdansNOScoursDEAU! ) et joignez vous à l’événement Facebook.
  • Informez vous et manifestez publiquement vos craintes quant aux risques qui planent sur nos cours d’eau.
Soyons nombreux à défendre nos cours d’eau !

Anticosti : obscurantisme et risques au rendez-vous

Share

La Fondation Rivières a obtenu copie des autorisations du ministère de l’Environnement (sic) pour le prélèvement d’eau dans les rivières d’Anticosti. Leurs rejets, une fois contaminés par les produits chimiques nécessaires à la fracturation hydraulique, ont de quoi inquiéter.

L’autorisation de prélèvement obtenue ne mentionne ni la durée du pompage, ni les quantités prélevées, ni les auteurs des études, ni aucune autre description des travaux qui seraient réalisés: coupe d’arbres, chemins, excavations, etc. Les lieux de prélèvement ne sont décrits que par des coordonnées GPS.

Pour sa part, l’autorisation pour le traitement des eaux usées ne décrit aucunement le procédé utilisé, ni la performance exigée, ni le niveau de décontamination atteint, ni la liste des contaminants qui pourraient ne pas être traités. Comme il s’agit de l’utilisation de produits chimiques, une démonstration de la performance du traitement aurait dû être déposée.

Il y a lieu d’être inquiets du sérieux des analyses effectuées par le ministère de l’Environnement (sic), et encore davantage de tout le secret entourant l’opération. Si tout avait été fait dans les règles de l’art, le gouvernement ne voudrait-il pas en faire l’annonce sur toutes les tribunes?

Nous poursuivons nos actions pour assurer la protection des rivières qui seraient touchées par la réalisation de ces forages. Et par le fait même, celle du saumon menacé malgré qu’il soit en voie d’extinction selon un rapport scientifique.

Friday, July 8th, 2016 Déversement, Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off on Anticosti : obscurantisme et risques au rendez-vous

Importante victoire devant la Régie de l’énergie !

Share
crédit photo : La Presse

crédit photo : La Presse

La Régie vient de rendre une décision empêchant un nouveau contrat entre Hydro-Québec et la compagnie TransCanada (oui, la même que dans le dossier de l’oléoduc).

Ce contrat visait à acheter de l’électricité aux heures de pointe de la centrale au gaz naturel de Bécancour (oui, la même pour laquelle on paie déjà 150 M$ par année sans qu’elle ne produise d’électricité en raison des surplus actuels).

Le nouveau contrat, convenu sans appel d’offres, apparaît inutile, polluant et coûteux. D’autres solutions pour satisfaire les besoins en période de pointe de consommation d’électricité seront présentées aux consultations du Bureau d’audiences publiques.

Cette victoire du Regroupement des organismes environnementaux en énergie, dont fait partie la Fondation Rivières, pose un jalon important dans le but d’assurer une meilleure gestion énergétique au Québec.

Pour consulter le communiqué du ROEÉ et la décision de la Régie.

Thursday, July 7th, 2016 Communiqués de presse, Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off on Importante victoire devant la Régie de l’énergie !

Mortalité massive de poissons dans la Yamaska : grave négligence de la Ville de Saint-Hyacinthe et manque de suivi du Ministère de l’Environnement

Share
crédit photo : Bruno Beauregard

crédit photo : Bruno Beauregard

La décision de la Ville de Saint-Hyacinthe de déverser ses eaux usées dans la rivière Yamaska le 28 juin dernier, alors que son niveau d’eau était au plus bas, a causé la mortalité de centaines de poissons. Cette situation était hautement prévisible. La Ville avait la responsabilité d’aviser le ministère de l’Environnement et celui-ci devait assurer le suivi de l’opération.

La situation s’apparente au « Flushgate » de Montréal, mais cette fois les conséquences furent rapides et graves. Pour réaliser des travaux à sa station d’épuration, la Ville de Saint-Hyacinthe a planifié le déversement de 8 500 mètres cubes d’eaux usées au moment même où le débit de la rivière était à son plus bas, à 3 mètres cubes par seconde. Cela mérite une sanction exemplaire.

À ces problèmes, rappelons que le niveau d’eau de la rivière Yamaska, en aval de Saint-Hyacinthe, dépend de façon importante de la gestion des débits au barrage Pennman, exploité par la compagnie ontarienne Algonquin Power. Le débit observé selon les données mesurées par le Centre d’expertise hydrique du gouvernement du Québec indique qu’il ne fut que de 3 mètres cubes par seconde les 27 et 28 juin dernier pendant que le réservoir de la centrale hydroélectrique se remplissait. Il atteint environ 12 mètres cubes lorsque la centrale hydroélectrique produit de l’électricité et que l’eau retourne à la rivière. Cette électricité est vendue à Hydro-Québec par la compagnie privée et celle-ci fait varier les niveaux d’eau afin de maximiser ses profits.

Le débit devient tellement bas dans la rivière Yamaska que la Ville de Saint-Hyacinthe paie cette compagnie pour qu’elle laisse de l’eau couler dans la rivière, une compensation pour la dédommager de ses pertes de revenus. En 2014, la Fondation Rivières a recommandé au gouvernement et aux députés que le débit minimal dans la rivière soit augmenté afin de respecter les exigences environnementales, ceci avant qu’Hydro-Québec renouvelle son contrat d’achat d’électricité.

Pour lire notre communiqué en entier.

Monday, July 4th, 2016 Communiqués de presse, Déversement, Fondation Rivières - Rivers Foundation, Petits barrages Comments Off on Mortalité massive de poissons dans la Yamaska : grave négligence de la Ville de Saint-Hyacinthe et manque de suivi du Ministère de l’Environnement