Fondation Rivières – Rivers Foundation

Déversement des eaux usées de Montréal : le bilan de la Ville passe sous silence des questions fondamentales

Share

image001

Le bilan jovialiste du déversement de 4,9 milliards de litres d’eaux usées, au lieu des 8 milliards prévus initialement, ne présente pas d’informations sur plusieurs des événements qui ont mené au « flushgate ». La Fondation Rivières maintient ses demandes d’informations à l’égard des décisions prises et des efforts réalisés pour minimiser le déversement. Elle estime que le déversement aurait dû être moindre.

La Fondation Rivières rappelle que les travaux ont d’abord été justifiés pour permettre l’aménagement de la chute à neige Riverside. La problématique de l’enlèvement des cintres fut connue subséquemment et ce contrat fut confié à Entreprises Michaudville. Combien de travailleurs y ont-ils été affectés ? Y a-t-il eu 4 équipes de travail simultanément aux 4 séries de cintres à enlever, et ce 24 heures par jour ? Cet entrepreneur a-t-il procédé à l’installation des murs préfabriqués simultanément afin de réduire les déversements ? Pourquoi des déversements additionnels sur quatre jours pendant 9 heures ont-ils été faits de jour, et non de nuit, alors que les égouts contiennent moins de pollution et que ces eaux venaient essentiellement du centre-ville ? Y a-t-il eu des montants supplémentaires non prévus alloués pour accélérer les travaux ?

Le bilan jovialiste de la Ville s’attarde sur des éléments qui étaient déjà prévus: faible impact sur les prises d’eau, l’absence de poissons morts, panache concentré en rive nord, plan de communication déficient, manque d’acceptabilité sociale, etc. Or, le bilan ne montre pas d’image aérienne de la rive sud de l’Ile pendant le déversement. Il mentionne la récupération de seulement 3 mètres cubes de déchets, ce qui apparaît irréaliste; il manquait sûrement des équipes de cueillette! Il passe sous silence plusieurs aspects et un rapport indépendant du MDDELCC devrait être produit.

Catherine Huard, directrice générale, réitère la position de la Fondation Rivières à l’effet que le gouvernement du Québec doit imposer le paiement de compensations sur les débordements d’eaux usées non traitées. Cette mesure incitative permettrait de réduire le temps et les volumes de déversement. « Les municipalités doivent payer pour leur pollution, et non uniquement l’envoyer chez leurs voisins en aval ! » conclut-elle.

Pour lire notre communiqué en entier

Pour consulter le bilan émis par la Ville de Montréal.

Un très Joyeux Noël !

Share
image : Caroline Savard

image : Caroline Savard

 

Chers amies et amis de la Fondation,

Nous vous souhaitons un temps des Fêtes rempli de joie, de petits et de grands bonheurs… et de temps pour en profiter. Une année chargée se termine. Une autre la remplacera bientôt. Qu’elle vous comble de joie et de lumière.

Au moment de la prise des résolutions, rappelez vous bien que chacune de vos participations et chacun de vos dons sont très précieux pour nous, pour le travail que nous faisons et que nous continuerons à faire tout au long de l’année qui s’amorce. C’est avec votre soutien que nous maintiendrons les efforts pour défendre nos rivières afin qu’elles continuent de couler. Belles, propres et au naturel…

Paix, joie, santé… et un très joyeux Noël !

 

L’équipe de la Fondation Rivières

Thursday, December 24th, 2015 Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off on Un très Joyeux Noël !

La Fondation Rivières interpelle le ministre Heurtel

Share

100_0193

Les rivières Manouane et Saguenay se trouvant menacées par un projet minier, la Fondation Rivières a récemment transmis une lettre au Ministre lui demandant de ne pas émettre prématurément un décret d’autorisation au projet Arianne Phosphate. Le projet prévoit notamment l’aménagement d’un port à Sainte-Rose-du-Nord ainsi que le déversement d’effluents industriels dans la rivière Manouane après simple décantation. En outre, le projet accroîtrait considérablement l’émission de gaz à effet de serre : en plus des importantes émissions pour la construction et l’exploitation du site, un lourd camionnage de 56 véhicules surdimensionnés parcourant 240 kilomètres, 24 heures par jour, serait mis en place.

La Fondation a également écrit au Ministre pour insister sur l’importance de protéger la rivière Magpie, l’une des dernières rivières d’importance qui n’a pas encore été harnachée. On se rappellera que le rapport d’audiences publiques sur la rivière Romaine recommandait de protéger, en contre-partie de sa recommandation au harnachement, de protéger une rivière d’importance. La lettre de la Fondation rappelle au Ministre l’importance écotouristique de la destination et rappelle la descente promotionnelle effectuée avec Robert Kennedy Jr en 2004.

Afin de nous aider à poursuivre notre mission, vous pouvez nous contacter pour devenir membre, pour faire un don ou encore pour vous impliquer. Nous joindre au fr@fondationrivieres.org . 

Monday, December 14th, 2015 Actions - Mobilisation, Fondation Rivières - Rivers Foundation, Petits barrages Comments Off on La Fondation Rivières interpelle le ministre Heurtel

Eaux usées de Montréal : une désinfection des rejets d’eaux s’impose toute l’année

Share

La Fondation Rivières demande au ministre Heurtel de justifier sa décision à l’effet que la ville de Montréal n’a pas à désinfecter ses eaux usées tout au long de l’année. Cette démonstration relève de la responsabilité de l’État et doit être rendue publique.

Nous estimons que le système de désinfection à l’ozone qui sera construit et mis en marche en 2018 à la station d’épuration devrait fonctionner à l’année longue, et non seulement en été. Les contaminants ont des effets sur la flore et la faune aquatique, même en hiver. Les prises d’eau potable situées en aval s’en trouveraient sécurisées et améliorées. Les découvertes récentes indiquent que les eaux usées à la sortie des stations d’épuration contiennent, en plus des coliformes, toute une gamme de produits pharmaceutiques, d’hormones et de virus, autant de produits émergents dont les effets peuvent être importants et conduire notamment à des changements génétiques chez les espèces.

Après avoir investi environ 250 M$ dans la construction d’un système de traitement à l’ozone, quelle logique peut justifier de ne pas faire fonctionner cet équipement à l’année longue ?

Une telle politique environnementale devrait être considérée au minimum pour les dix plus grandes stations d’épuration.

Pour Catherine Huard, directrice générale, « Les fonctionnaires et dirigeants doivent se justifier scientifiquement. L’époque de la grande noirceur et des déclarations insignifiantes est révolue, on est en 2015. Nous avons constaté lors du Flushgate l’importance accordée par la population à la qualité de l’eau. Nous croyons que les Montréalais souhaitent que leurs eaux usées soient désinfectées à l’année pour qu’elles ne contaminent pas le Fleuve. La conscientisation et les attentes de la population ont grandement évolué. Or, nos dirigeants ne sont pas encore arrivés à ce niveau de conscientisation comme le soulignait récemment Roy Dupuis dans sa lettre ouverte « L’insoutenable désinvolture de nos gouvernements ». Elle ajoute que des compensations devraient être payées lorsqu’il y a pollution indue, notamment lorsque les exigences du MDDELCC ne sont pas respectées. « Les municipalités doivent payer pour leur pollution, et non simplement l’envoyer chez leurs voisins en aval ! » conclut-elle.

Pour lire notre communiqué en entier.

Pour lire l’article de Radio-Canada.ca .

Wednesday, December 2nd, 2015 Communiqués de presse, Fleuve, Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off on Eaux usées de Montréal : une désinfection des rejets d’eaux s’impose toute l’année

Notre encan se poursuit en ligne !

Share

EBay_logo.svg

L’encan se poursuit en ligne !

Afin clore la campagne de financement liée à notre spectacle annuel, la Fondation Rivières est fière de présenter des produits de qualité qui nous ont été offerts par certains de nos généreux amis et supporters. De plus, vous pourrez à compter du 1er décembre, miser sur les créations de Catherine Francoeur, artiste textile, qui a découpé, assemblé, cousu et créé de nouveaux accessoires à partir de vêtements appartenant aux artistes participants au spectacle.

Ainsi, vous retrouverez cette année des items variés – dont certains sont probablement idéaux pour des gens se trouvant sur vos listes de cadeaux de Noël – tels que des billets de spectacle, une robe, un souper pour quatre convives au très couru resto Le Comptoir, un sac, une housse de coussin et même la location d’un chalet pour une fin de semaine.

Les bénéfices amassés lors de cet encan permettront de soutenir notre travail de protection des rivières du Québec à leur état naturel et d’appuyer les citoyens préoccupés par l’état de leurs rivières.

Pour miser sur nos articles.

Sunday, November 29th, 2015 Événement, Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off on Notre encan se poursuit en ligne !