RAPPEL: Notre deuxième Soirée Rivières aura lieu le 19 juin prochain au bar la Quincaillerie

,

Pour sa deuxième Soirée Rivières, la Fondation est heureuse d’accueillir Guy Coderre qui prononcera la conférence: «Vulnérabilité des stations de purification de l’eau de la région métropolitaine de Montréal  en cas de déversement d’hydrocarbures.»  Cette soirée bénéfice est au profit de la Fondation et nous demandons une contribution volontaire.

Guy Coderre est enseignant au Centre national de formation en traitement de l’eau de la Commission scolaire des Trois-Lacs depuis 20 ans.  Il y a quelque temps, il a réalisé une étude concernant le projet d’Oléoduc Énergie Est, étude qui portait sur l’évaluation des impacts d’un déversement prolongé d’hydrocarbures sur les stations d’épuration impliquées.  Les conclusions sont alarmantes.

Nous vous attendons… venez entendre Guy et lui poser des questions tout en prenant un verre.

Le 19 juin 2017 à 19h30 au bar:

la-quincaillerie_blanc-sur-noir

980 Rachel est à Montréal (près de Christophe-Colomb)

http://barlaquincaillerie.tumblr.com/

514 524-3000

Cet événement organisé par la Fondation Rivières est commandité par la Caisse du Plateau-Mont-Royal

logo_caisse-du-plateau-mont-royal

Soirée Rivières no 2: une conférence de Guy Coderre

Soirée Rivières no 2: une conférence de Guy Coderre sur les conséquences désastreuses d’un déversement d’hydrocarbures

Que se passerait-il s’il y avait un déversement d’hydrocarbures prolongé dans un des cours d’eau de la région métropolitaine?  Puisque les stations d’épuration ne sont pas en mesure de traiter ce genre de problème et puisque la vaste majorité des stations de la région métropolitaine ne peuvent compter sur des prises d’eau alternatives, ce serait la catastrophe.  La menace n’est pas moins grande pour les autres régions du Québec.  Selon un mémoire réalisé par la Fondation Rivières et déposé au BAPE en avril 2016, l’Oléoduc Énergie Est traverserait 244 rivières et impliquerait une trentaine d’usines de filtration.

18920257_10209286904950140_4351241309758970989_n

Cette photo représente la fissure sur l’Oléoduc Embridge, fissure qui a entraîné une fuite importante dans la rivière Kalamazoo au Michigan en 2010.  (Source: www.canadian.org – 2015)

Guy Coderre est enseignant au Centre national de formation en traitement de l’eau de la Commission scolaire des Trois-Lacs depuis 20 ans.  Il y a quelque temps, il a réalisé une étude concernant le projet d’Oléoduc Énergie Est, étude qui portait sur l’évaluation des impacts d’un déversement prolongé d’hydrocarbures sur les stations d’épuration impliquées.  Les conclusions sont alarmantes.

Pour sa deuxième Soirée Rivières, la Fondation est heureuse d’accueillir Guy Coderre qui prononcera la conférence: «Vulnérabilité des stations de purification de l’eau de la région métropolitaine de Montréal  en cas de déversement d’hydrocarbures.»  Cette soirée bénéfice est au profit de la Fondation et nous demandons une contribution volontaire.

Nous vous attendons… venez entendre Guy et lui poser des questions tout en prenant un verre.

Le 19 juin 2017 à 19h30 au bar:

la-quincaillerie_blanc-sur-noir

980 Rachel est à Montréal (près de Christophe-Colomb)

http://barlaquincaillerie.tumblr.com/

514 524-3000

Cet événement organisé par la Fondation Rivières est commandité par la Caisse du Plateau-Mont-Royal

logo_caisse-du-plateau-mont-royal

Exporter nos surplus d’électricité aux États-Unis : un pari toujours gagnant pour le Québec?

,

Invitation à un panel d’experts en énergie: le lundi 29 mai à 12 h 15, à la Maison du développement durable.  Ce panel est organisé par la coalition SOS mont Hereford et le Regroupement des organismes environnementaux en énergie (ROEÉ).

Les panélistes se pencheront sur les questions suivantes:

Le contexte énergétique est-il encore favorable à l’exportation d’énergie?

Les coûts sociaux et environnementaux des projets d’Hydro-Québec sont-ils internalisés ?

Le Québec pourrait-il tirer son épingle du jeu grâce à l’exemplarité de ses projets d’exportation?

Le projet Northern Pass passe-t-il le test de la rentabilité et de l’énergie verte ?

LIEU: Maison du développement durable à la Salle du Parc, 50, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal.

QUAND? Le lundi 29 mai à 12 h 15

PANÉLISTES INVITÉS:

Jean-Pierre Finet, expert en efficacité énergétique au Québec, au Canada et sur la scène internationale. Il a œuvré au sein de Power Smart à Vancouver, et a dirigé le Fonds en efficacité énergétique. Il est actuellement analyste au ROEÉ.

 

 Philip Raphals, co-fondateur et directeur général du Centre Hélios, expert des politiques énergétiques viables et président du Comité aviseur sur les énergies renouvelables du Low Impact Hydropower Institute (LIHI), aux États-Unis.

Une AGA réussie et un conseil d’administration renouvelé

L’assemblée générale de mardi dernier fut un succès!… Nous y avons présenté le Rapport annuel des activités réalisées en 2016.  Les participants ont aussi eu l’occasion de prendre connaissance des nombreuses interventions publiques réalisées l’an dernier et d’échanger sur les défis qui nous attendent en 2017.  Nous vous invitons également à lire la sympathique lettre aux membres de Suzanne-G. Chartrand.

2017-05-23-photo-densemble

Nous remercions les deux administrateurs qui quittent le CA, Louis Tremblay et Jacques Gélineau, et accueillons quatre nouveaux administrateurs élus par acclamation : mesdames Ismaëlle Chauvette, Bérengère Cortin et Julie Sabourin, ainsi que monsieur Bernard Belzile. Messieurs Roy Dupuis et Alain Saladzius ont été réélus.

Le nouveau Conseil d’administration a dès mardi soir nommé ses principaux administrateurs :

Alain Saladzius, FIC, ing., président

Guy Garand, B. Sc., vice-président

Dominique Girard, secrétaire-trésorière

 

 

Assemblée générale de la Fondation Rivières: le 23 mai à 19h

N’oubliez pas, notre AGA aura lieu la semaine prochaine: le 23 mai à 19h, au 454 Laurier est à Montréal.   Nous sommes situés dans l’ancien presbytère de l’Église St-Denis, juste en face de la sortie nord du métro Laurier.  Tous les membres actifs sont invités, ainsi que tous ceux et celles qui désirent le devenir.

Ce sera l’occasion pour tous les membres de la Fondation de se rencontrer et de discuter de ce qui s’est passé dans la dernière année.  Ce sera aussi l’occasion de voir dans quelle direction nous voulons aller et comment nous voyons l’avenir de la Fondation Rivières.  Cette année, il y aura des amuse-gueules, du vin et de la bière. Alors pourquoi ne pas venir prendre un verre avec nous?

Ordre du jour

Rapport annuel 2016

 

 

Les AGA, ça peut être le fun!…

Bonjour à tous,

Cette année, l’Assemblée générale annuelle de la Fondation Rivières aura lieu le 23 mai à 19h00, à nos bureaux situés au 454 Laurier est à Montréal (au rez-de-chaussée), face à la sortie nord de la station de métro Laurier.

Nous invitons évidemment tous les membres actifs, mais aussi les anciens membres et ceux qui seraient intéressés à le devenir.

crédit photo : D. Dion

crédit photo : D. Dion

 

Et oui… en général, les AGA, ça rebute souvent les gens.  Voter des résolutions, prendre connaissance des états financiers et du rapport annuel, ça n’a rien d’excitant pour bien du monde.

Mais cette année, nous voulons faire les choses différemment.  Il y aura des amuse-gueules, du vin et de la bière.  Donc, pourquoi ne pas venir prendre un verre avec nous?

Un état de la situation sera présenté concernant la gestion de l’eau au Québec et les conséquences de la nouvelle Loi sur la qualité de l’environnement.  Il y aura aussi l’élection de nouveaux membres pour des postes à combler sur le Conseil d’administration.  Bon évidemment, nous devrons quand même vous présenter quelques chiffres et résolutions, on ne s’en sort pas.

Cette année surtout, nous voulons VOUS entendre. Nous voulons connaître vos suggestions au sujet de l’orientation de la Fondation Rivières pour l’année à venir.  Quelles doivent être ses priorités?  Devrait-elle revoir son fonctionnement?

Alors c’est un rendez-vous: mardi le 23 mai à 19h00.

Conférence de Guy Coderre sur les déversements d’hydrocarbures

,

La Fondation Rivières vous invite à assister à la conférence qui sera prononcée par Guy Coderre le 3 mai prochain.  Cet événement est organisé par le Conseil régional de l’environnement de Laval, le Centre d’interprétation de l’eau, Oléoduc Laval en amont et Éco-Nature.  M. Coderre nous fera la démonstration que les filières de traitement des stations de purification actuelles n’ont pas été conçues pour détecter ou éliminer les hydrocarbures. Il nous exposera les risques liés au transport d’hydrocarbures en région métropolitaine et nous amènera à conclure qu’en cas de déversement majeur, il n’y a aucun plan B réaliste pour faire face à la situation.

Date : Mercredi 3 mai, 19h à 21h
Lieu : Salle André-Perrault, C.I.EAU, 12, rue Hotte, Laval, H7L 2R3
Tarif : Gratuit

À NOTER: Dans le cadre de nos Soirées Rivières, nous aurons le plaisir d’accueillir  M. Guy Coderre  le 19 juin prochain au bar la Quincaillerie.   Détails à venir. 

la-quincaillerie_blanc-sur-noir

RAPPEL: Première Soirée Rivières lundi prochain le 1er mai

Lundi le 1er mai au bar la Quincaillerie, pour sa première Soirée Rivières de l’année, la Fondation Rivières est heureuse d’accueillir Benoit Gendreau-Berthiaume.

crédit photo : Unana MontréalAprès près de 5 ans loin de leur famille et amis, Benoit Gendreau-Berthiaume, Magali Moffat et leur fils Mali se sont embarqués dans une grande aventure. Ils ont décidé de revenir au Québec en canot!…  Ils ont quitté l’Alberta où ils vivaient depuis quelques années, ils ont troqué leur auto pour un canot de 17 pieds et voilà… ils ont pagayé d’Edmonton à Montréal!

Venez entendre Benoit nous raconter tout ce qu’ils ont vu et entendu pendant 5 mois.  Il y aura un tas de photos spectaculaires et plein d’anecdotes inédites.

La Fondation Rivières demande une contribution entre 10$ et 1,000,000$, payable à la porte… comptant, par carte de crédit ou en lingots d’or.  C’est un rendez-vous!

 Le 1er mai 2017 à 19h30 au bar:

la-quincaillerie_blanc-sur-noir

980 Rachel est à Montréal (près de Christophe-Colomb)

http://barlaquincaillerie.tumblr.com/

514 524-3000

Pour vous donner le goût, allez voir ça: https://vimeo.com/user29434631  

Ou encore ça: http://paddlinghome.weebly.com/

Hola ce n’est pas fini, vous pouvez aussi financer leur projet de film:https://www.gofundme.com/paddlinghome

Cet événement organisé par la Fondation Rivières est commandité par la Caisse du Plateau-Mont-Royal

logo_caisse-du-plateau-mont-royal

 

Anniversaire de la Fondation Rivières : 14 ans plus tard, où en sommes nous ? Bilan de notre président

, ,
20121007-dsc_1419

Alain Saladzius, président et cofondateur de la Fondation Rivières

 

La nouvelle de Radio-Canada d’aujourd’hui concernant l’assainissement des eaux usées tombe exactement sur une journée de double anniversaire : celui de la création de la Fondation Rivières et celui de la Politique nationale de l’eau, annoncée le 28 novembre 2002.

La pollution de nos rivières demeure un enjeu central visé par les activités de la Fondation. Avec des gouvernements qui prennent de moins en moins leurs responsabilités, l’importance de cet enjeu prend de l’ampleur quotidiennement dans nos activités. La Politique nationale de l’eau, adoptée il y a 14 ans, devait mettre fin à la pollution provenant d’une cinquantaine de municipalités. Toutefois il y en a désormais une centaine qui déversent en continu. Et les équipes d’inspection chargées de l’inspection et de la surveillance des systèmes d’assainissement ont été démantelées !

L’État continue de se retirer de la surveillance environnementale. Ainsi, après avoir coupé dans ses services, la Loi sur la qualité de l’environnement pourrait se voir modifiée pour alléger les procédures d’autorisation, notamment les audiences publiques. Plus que jamais il faut supporter l’implication citoyenne à tous les niveaux et la Fondation Rivières y contribue de manière importante.

Depuis 14 ans, notre travail acharné a permis d’éviter la construction de plusieurs petites centrales hydroélectriques et incité la ville de Montréal à désinfecter ses eaux usées selon des critères qui vont bien au-delà des exigences gouvernementales, une première. Mais il nous faut continuer et persévérer car ralentir le travail est synonyme de détérioration de la qualité de l’eau des rivières.

Il nous faut donc poursuivre intensivement nos activités d’analyse, d’information et de recommandations. Déversements, pipelines, aide aux citoyens dans leurs démarches visant l’assainissement de leur cours d’eau, les dossiers que nous traitons sont multiples et variés. Et pour que tout ça continue, votre soutien nous est nécessaire.

Fort d’un conseil d’administration solide, de l’implication de plusieurs artistes et personnalités publiques, dont notre porte-parole Roy Dupuis, tout comme celle de bénévoles et d’employés dévoués, nous menons à termes plusieurs dossiers. Vous pouvez contribuer en donnant un peu de votre temps en devenant bénévole pour certaines de nos campagnes.

Vous aussi pouvez contribuer à la préservation de nos cours d’eau en devenant membre, en donnant mensuellement et/ou avec un don unique.

Vous pouvez de plus participer à la campagne Adoptez une rivière !, menée conjointement avec Nature Québec, et ainsi bénéficier d’un reçu pour fins d’impôts.

Au nom de tous les membres de la Fondation Rivières, je vous remercie pour votre appui,

Alain Saladzius, ingénieur et président de la Fondation Rivières

Soirée sur l’assainissement du Richelieu : le lundi 28 novembre prochain

,

riviererichelieuassainissement

Le lundi 28 novembre prochain, la Fondation Rivières participera à une soirée de discussions organisée à l’initiative du député de Chambly, monsieur Jean-François Roberge. Il y sera notamment question des débordements fréquents d’eaux usées.  La Fondation Rivières a publié une étude à ce sujet en 2012 répertoriant les installations municipales problématiques. En 2011, il y eut 2 929 surverses qui se sont écoulées par 161 des 207 tuyaux de trop-plein d’eaux usées des réseaux d’égouts. Sur une quinzaine des lieux on dénombrait même 26 surverses en temps sec. Entre 2008 et 2011, plusieurs des 26 stations d’épuration sur la rivière Richelieu ne respectaient pas les exigences gouvernementales sur la qualité des rejets. Où en est-on aujourd’hui ?

Joignez vous à nous. C’est un rendez-vous !

Pour lire les articles parus à ce sujet en 2012.