Climat

Rencontre des premiers ministres : la Stratégie canadienne de réduction des gaz à effet de serre mal documentée

Share
crédit photo : radio-canada.ca

crédit photo : radio-canada.ca

 

Le document de référence de la Stratégie canadienne de développement à faible émission de gaz à effet de serre (GES) [1] sur laquelle s’appuieront les décisions fédérales fait non seulement fausse route, mais se base sur de mauvaises prémisses.

Ce document mentionne notamment des pistes de solution en soulignant un immense potentiel hydroélectrique, une énergie « propre », le nucléaire, et différentes autres mesures … et une seule page à l’efficacité énergétique.

Le document de référence fait étonnamment miroiter que le potentiel hydroélectrique québécois est de 42 400 MW, plus que les installations existantes évaluées à 38 400 MW ! Or, les références bibliographiques indiquent que ni Hydro-Québec ni le gouvernement du Québec n’ont été consulté. Le potentiel réel est environ 10 fois moindre. Qui plus est, les centrales hydroélectriques causent d’importants impacts biologiques et sociaux qui ne sont aucunement traités dans le document.

Par ailleurs, le prix de référence utilisé pour de nouveaux ouvrages hydroélectriques (67,8 $/MWh pour 2022) est nettement sous-estimé. À titre d’exemple, au Québec, Hydro-Québec devra payer 101 $/MWh en 2022 pour les projets de petites centrales imposés par le gouvernement provincial. Le coût du projet Romaine est, lui aussi, largement supérieur à ce montant car il ne faut pas oublier d’inclure les lignes de transport. Et il ne doit surtout pas faire abstraction que le coût de vente à l’exportation est inférieur à 50 $/MWh.

Sur le plan environnemental, les barrages hydroélectriques inondant des dizaines, voire des centaines de kilomètres carrés de territoire produisent de vastes quantités de GES et un important contaminant, le méthyl-mercure. Avec l’inondation des territoires, la matière végétale non récoltée se retrouve sous l’eau et sa décomposition produit du méthane, un gaz ayant un potentiel de réchauffement 20 fois plus important que le CO2. Il est conséquemment faux d’affirmer que « Le Canada a déjà l’un des réseaux d’électricité les plus propres du monde, avec plus de 80 % de l’électricité générée de sources qui ne produisent pas de gaz à effet de serre comme les technologies hydroélectrique, éolienne, solaire et nucléaire. »

Au Québec, les conclusions de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec présentées en 2014 dans le rapport Maîtriser notre avenir énergétique n’ont même pas été consultées.

Enfin, toutes ces mesures ne sauront compenser la hausse considérable de GES occasionnée par l’augmentation de la production de sables bitumineux.

——————————————————————————-

Vous pouvez lire ici la lettre ouverte de notre chargé de projets, Alexandre Joly.

Ici, la version officielle du communiqué.

——————————————————————————-

[1]                Stratégie canadienne de développement à faible émission de gaz à effet de serre à long terme pour le milieu du siècle http://unfccc.int/files/focus/long-term_strategies/application/pdf/can_strategie_red.pdf

 

Thursday, December 8th, 2016 Climat, Communiqués de presse, Fondation Rivières - Rivers Foundation, Grands Barrages, Petits barrages Comments Off on Rencontre des premiers ministres : la Stratégie canadienne de réduction des gaz à effet de serre mal documentée

Consultation publique sur la Stratégie québécoise de l’eau : le gouvernement doit commencer par appliquer la réglementation existante

Share

La Fondation Rivières salue l’initiative du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte aux Changements climatiques (MDDELCC) de consulter la population dans le cadre de sa révision de la Politique nationale de l’eau, adoptée en 2002 suite à des audiences publiques, mais rappelle le besoin urgent d’appliquer la règlementation existante, de sanctionner les contrevenants et de mettre en œuvre le système d’attestations d’assainissement qui accuse des retards importants.

La poursuite des efforts sur l’amélioration de la qualité de l’eau, la protection des milieux aquatiques, la gestion des risques, l’adaptation aux changements climatiques et la réponse aux besoins d’une eau potable de qualité sont autant d’enjeux importants mais la Fondation considère que de mettre sur pied de nouvelles structures de gouvernance en gestion intégrée de la ressource en eau, bien que potentiellement bénéfique à moyen ou à long terme, détourne des ressources au détriment de la mise en application de la règlementation existante, notamment en ce qui concerne les surverses. Les lois et règlements existent, mais les inspecteurs et analystes du Ministère n’ont pas les mandats ni les ressources pour effectuer les contrôles nécessaires.

Conséquemment, la Fondation Rivières estime qu’il serait plus avantageux pour la population du Québec si les ressources ministérielles étaient destinées, non seulement à l’application des lois et règlements, mais aussi aux instances et organisations existantes qui assurent une planification des ressources hydriques.

Ainsi, pour Alexandre Joly, porte-parole de la Fondation, « L’argent doit aller où il est le plus nécessaire et les lois existantes doivent être appliquées. De nouvelles structures de gouvernance n’amélioreront pas la qualité de l’eau, mais l’application de la règlementation et le financement des inspecteurs du Ministère oui ».

Pour lire notre communiqué en entier.

Tuesday, October 18th, 2016 Climat, Communiqués de presse, Déversement, Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off on Consultation publique sur la Stratégie québécoise de l’eau : le gouvernement doit commencer par appliquer la réglementation existante

Contre la remise de notre territoire aux pétrolières ? Prononcez vous : signez la pétition contre le projet de loi 106 !

Share

pl-106

 

Le Parti Québécois, la CAQ, Québec Solidaire, la CSN, la FTQ, plus de 50 groupes environnementaux (dont Fondation Rivières), la  Fédération Québécoise des Municipalité ainsi que plusieurs juristes et scientifiques s’opposent au projet de Loi 106 qui offre notre territoire aux pétrolières.  Le gouvernement continue de faire la sourde oreille ! Envoyons leur un message clair : veuillez signer et partager cette pétition avec le plus grand nombre possible.

Merci !

Climat : l’éléphant dans la pièce !

Share

manif

 

Le lundi 3 octobre prochain se tiendra à Montréal une rencontre des ministres de l’environnement provinciaux et de la ministre de l’environnement du Canada.

Ils parleront d’un plan climat.

Réservons-leur un comité d’accueil sous le thème de « l’éléphant dans la pièce ».

Dire OUI au climat c’est dire NON aux pipelines et à l’expansion des sables bitumineux !

Tous les détails se trouvent sur la page Facebook de l’événement.

C’est un rendez-vous, lundi, 3 octobre, 14h30, devant le 1050, de la Gauchetière Ouest.

Saturday, October 1st, 2016 Actions - Mobilisation, Climat, Événement, Fondation Rivières - Rivers Foundation Comments Off on Climat : l’éléphant dans la pièce !